Le Bitcoin quelque temps après la folie

Posté par . Édité par Nÿco, Xavier Claude, B16F4RV4RD1N et baud123. Modéré par baud123. Licence CC by-sa
Tags :
18
3
déc.
2011
Technologie

Il y a quelques mois, une sorte de folie Bitcoin s'était emparée de LinuxFr.org, déchaînant les passions au travers de commentaires poignants, de journaux qui dénoncent ou de sondages portant à polémique. La situation des Bitcoins a toutefois évolué depuis les dernières évocations de cette monnaie sur le site.

LLVM 3.0

Posté par . Édité par nazcafan, baud123, Manuel Menal et Benoît Sibaud. Modéré par patrick_g. Licence CC by-sa
Tags :
55
2
déc.
2011
Technologie

LLVM, pour Low Level Virtual Machine, est une suite de compilation qui commence à se faire une place à côté du vénérable GCC. Sa grande modularité, comparé au monolithique GCC, permet d'écrire facilement un compilateur, en utilisant la représentation intermédiaire de LLVM, et en faisant appel ensuite aux optimisations et à la génération de code de LLVM.

Le projet arrive maintenant à une certaine maturité grâce à cette version 3.0 qui apporte beaucoup de nouveautés. Il est à noter que la numérotation suit le schéma d'OpenBSD, c'est-à-dire que la version 3.0 suit la version 2.9, ce n'est donc pas une version majeure – malgré les modifications plus importantes qu'à l'accoutumée – qui sont détaillées dans la seconde partie.

sslh 1.10, la bête noire des censeurs

79
30
nov.
2011
Technologie

Non, il ne s’agit pas d’un nouveau concurrent pour Tor (réseau) ou Freenet. Il s’agit juste d’un outil pour les personnes auto‐hébergées qui voudraient accéder à tous leurs services de n’importe où.

Cette dépêche explique son fonctionnement et ce qu’apporte sa dernière version.

Nouvelles de Yabause et autres projets

Posté par (page perso) . Édité par Davy Defaud, baud123, Nÿco et Xavier Claude. Modéré par Davy Defaud. Licence CC by-sa
Tags :
21
28
nov.
2011
Technologie

Yabause est un émulateur de Sega Saturn orienté « portabilité », plutôt que « performances ». Il est distribué sous licence GNU GPL. À l’occasion de la sortie de la version 0.9.11. Vous trouverez aussi quelques informations sur Min18n, un projet connexe de bibliothèque de traduction et gophrier, un serveur Gopher.

Entretien avec Andrew Tanenbaum à propos de MINIX

Posté par (page perso) . Édité par Davy Defaud, Nÿco et Benoît Sibaud. Modéré par baud123. Licence CC by-sa
Tags :
87
17
nov.
2011
Technologie

MINIX 3 est système d’exploitation libre sous licence BSD. Créé par le professeur Andrew Tanenbaum, il est basé sur un micro‐noyau et il vise avant tout la fiabilité et la modularité.

Alors que la licence d’origine était propriétaire et que le système était conçu avant tout comme étant un projet pédagogique, la situation a commencé à évoluer à partir de l’an 2000. La licence a été changée pour la BSD, puis, en 2005, c’est la raison d’être même du projet qui a changé. Plus question de système pédagogique réservé aux étudiants désireux de comprendre les entrailles d’un système d’exploitation !

Minix3

Nouveau module libre pour le projet OPSI

Posté par . Modéré par Davy Defaud.
Tags : aucun
13
15
nov.
2011
Technologie

NdM : OPSI (Open PC Server Integration) est un système open source de distribution des logiciels et systèmes pour des clients Windows. Il est basé sur un serveur GNU/Linux.

Le module Logiciel à la demande (Kiosk-Mode), proposé en co‐financement, a fini d’être financé. Il peut être utilisé gratuitement à partir de maintenant.

Ce module permet à l’utilisateur final de demander à OPSI l’installation d’un logiciel faisant partie d’une liste de logiciels approuvés. Pour utiliser cette extension OPSI sans restriction, vous avez besoin de « opsi-client-agent » (version 4.0.1-23). Le code source sera publié sous licence GPL dans les prochains jours.

Pendant ce temps, un nouveau projet OPSI en co‐financement est lancé : User Profile Management. Cette nouvelle extension, disponible comme expérimentale, peut être utilisée pour modifier des profils utilisateurs.

Par défaut, ces modifications affectent les profils stockés localement. Donc, en cas d’utilisation de profils itinérants, ces changements sont écrasés par les profils stockés sur le serveur.

Avec l’extension User Profile Management, vous pourrez également modifier les profils stockés sur le serveur. Cela fonctionne en démarrant opsi-winst, lors de la connexion de l’utilisateur et en exécutant un script particulier « userLoginScripts ». Pour des informations détaillées, voir le manuel d’OPSI, au chapitre 17 de la version expérimentale (en anglais).

L’utilisation de ce composant est restreinte par un fichier d’activation. Pour l’évaluation, vous pouvez demander un fichier d’activation temporaire à info@uib.de.

Sortie de Bigtop 0.2.0 (en incubation à la fondation Apache)

Posté par . Modéré par Davy Defaud.
Tags :
20
15
nov.
2011
Technologie

L’équipe de développement de Bigtop a tout récemment publié la version 0.2.0.
Bigtop est un projet en incubation à la Fondation Apache ayant pour but de développer une distribution de logiciels libres liés à l’écosystème Apache Hadoop, ainsi que les tests associés.
Apache Hadoop étant une implémentation libre du modèle de programmation MapReduce, permettant de traiter des données de taille très importante.

Bigtop comprend les principaux composants suivants :

  • des fichiers permettant de générer des paquets RPM et deb pour Fedora, Ubuntu 10.04, CentOS 5.7, CentOS 6.1 et openSUSE 11.4. À noter aussi, le support pour Mageia 1 ;
  • des recettes de déploiement et de gestion des logiciels pour Puppet ;
  • une infrastructure et des bibliothèques pour développer des tests d’intégration et de tests concernant des paquets (installation, mise à jour, désinstallation, test des scripts de service...) ;
  • un ensemble de tests d’intégration, dont certains pour les paquets RPM et deb produits.

Le Top 500 de novembre 2011

Posté par (page perso) . Modéré par Lucas Bonnet. Licence CC by-sa
40
15
nov.
2011
Technologie

Le trente‐huitième Top 500 des supercalculateurs mondiaux est sorti aujourd’hui à l’occasion de la conférence Supercomputing 2011 qui a lieu à Seattle aux États‐Unis.

Rappelons que le Top 500 se base sur une soumission volontaire (de nombreuses machines puissantes mais classifiées ne participent pas à la course) et sur un comparateur spécifique de performances extrêmement parallélisable (le code Linpack qui concerne la résolution de systèmes d’équations linéaires).

L’analyse dans la suite de la dépêche…

Entrevue avec les auteurs de FusionInventory

Posté par (page perso) . Modéré par Florent Zara. Licence CC by-sa
25
14
nov.
2011
Technologie

Voici une entrevue avec les auteurs de FusionInventory, projet libre de gestion du parc informatique. C’est un outil qui permet des inventaires locaux ou distants des ordinateurs, des matériels réseau et des imprimantes. FusionInventory fonctionne très bien avec GLPI… dont l’un des auteurs s’est entretenu également avec LinuxFr.org.

LinuxFr.org : T’es qui toi ?

David Durieux : J’habite à Beaujeu, dans le Rhône. Depuis mon adolescence, je suis un autodidacte passionné d’informatique (matériel, administration de serveurs et réseau, et programmation). Je suis contributeur sur les projets GLPI, FusionInventory et Shinken-Monitoring.

Gonéri Le Bouder : Je vis en Île‐de‐France, même si je suis très attaché à la Bretagne. J’ai fait mes études à Saint‐Malo, et depuis quelques années maintenant, je suis aussi développeur Debian et un Mongueur Perl.

Fabrice Flore‐Thébault : Je vis à Bruxelles où j’anime les Jeudis du Libre. Je suis un compagnon de route de FusionInventory, GLPI et Rudder, dont les contributions ne sont pas du code.

Walid Nouh : Je vis à Sète, et je travaille avec Gonéri. Je fais surtout des déploiements chez les clients, ainsi que des tests.

Guillaume Rousse : Je suis Parisien. J’ai rejoint le projet récemment, lorsque j’ai commencé à déployer la solution au travail. Au départ, il s’agissait juste de quelques patches pour corriger ou nettoyer un peu le code de l’agent, et comme j’ai vite gonflé Goneri avec mes demandes d’intégration journalières, j’ai rapidement hérité d’un accès en écriture au dépôt Git…

Entrevue avec GLPI

Posté par (page perso) . Modéré par tuiu pol. Licence CC by-sa
21
14
nov.
2011
Technologie

Jean‐Mathieu Doléans a accepté de se prêter au jeu des questions pour LinuxFr.org sur le projet GLPI. GLPI est un outil de gestion de parc informatique et de centre d’assistance. Il a la particularité, entre autres, de très bien fonctionner avec FusionInventory… dont LinuxFr.org s’est aussi entretenu avec ses auteurs.

LinuxFr.org : T’es qui toi ?

T’es dur là, et mon psy ne m’aide pas à répondre à cette question existentielle, malgré ma lourde contribution à son train de vie indécent.

Plus sérieusement, je me nomme Jean‐Mathieu Doléans, et suis le co‐fondateur du projet GLPI et le président de l’association Indepnet qui porte ce projet. J’ai également une passion pour les TIC et les logiciels libres depuis de nombreuses années.
Dans le civil, je suis chargé de mission TIC dans une collectivité territoriale.

LinuxFr.org : C’est quoi GLPI ? Qu’est‐ce que ça fait, et comment ?

GLPI signifie Gestion Libre de Parc Informatique. C’est une solution de gestion de parc informatique et de centre de services. Elle se présente sous la forme d’une application 100 % Web et permet de gérer l’ensemble des problématiques de gestion de parcs informatiques : de la gestion des composantes matérielles ou logicielles d’un parc informatique, à la gestion financière et administrative, en passant par la gestion de l’assistance aux utilisateurs.

1.0 et 2.0 (Cassandra et Mercurial)

Posté par (page perso) . Modéré par baud123. Licence CC by-sa
16
7
nov.
2011
Technologie

Des versions toutes rondes de logiciels libres sont tout juste sorties : la 1.0 de Cassandra, et la 2.0 de Mercurial.

N. D. A. : Merci à GeneralZod pour avoir contribué à cette brève.

Apache Cassandra 1.0

Le projet Apache Cassandra a publié la version 1.0.0 de son logiciel libre. Pour rappel, Cassandra est une base de données non‐SQL (NoSQL), sous forme de paires clé‐valeur, sous licence Apache 2.0. Initiée par Facebook et utilisée par Twitter, Digg et Reddit, Cassandra est super‐extensible et conçue pour fonctionner sur des grappes de serveurs (clusters).

Mercurial 2.0

Mercurial version 2.0 a été publiée. C’est un système de gestion de versions décentralisée sous UNIX (et donc GNU/Linux) et Windows, distribué sous licence GPL v2. Des fonctionnalités majeures on été ajoutées, et des nouveautés font leur apparition dans le cœur et les extensions.

Tous les détails dans la seconde partie.

Petites brèves : Empathy, LibreOffice et Samba

Posté par (page perso) . Modéré par patrick_g. Licence CC by-sa
23
4
nov.
2011
Technologie

Empathy implémente le XMPP de WLM (ex MSN)

Le titre peut faire peur, genre : « Microsoft a encore adopté un standard ouvert pour le détourner »… Mais non, ça va. Comme vu dans ces pages précédemment, MSN implémente XMPP en C2S (client‐to‐server) uniquement (pour l’instant ?), avec une authentification inspirée OAuth, très proche de celle adopté par le XMPP de Facebook Chat (d’ailleurs, ils ont collaboré sur ce projet).

Donc, Empathy implémente cette authentification, grâce au code de l’authentification du XMPP de Facebook Chat. On se rend compte évidemment que le XMPP de MSN, comme celui de Facebook Chat, est un sous‐ensemble d’extensions très restreint.

Sites d’extensions et de modèles LibreOffice

LibreOffice fait encore un pas en avant, cette fois‐ci en offrant deux sites :

  • Extensions : pour étendre les fonctionnalités de base du logiciel libre ;
  • Modèles : pour commencer des présentations et textes.

Pour l’instant, c’est assez vide, mais vous êtes bien évidemment invités à y contribuer.

C’est la Samba chez Microsoft

Microsoft a contribué au code source libre du projet Samba ! En plus, sous une licence libre, la GPL !

C’est un petit rien, un non‐évènement, mais… symbolique ! Suffisamment pour être noté.

Asterisk 10 est disponible

Posté par (page perso) . Modéré par baud123. Licence CC by-sa
19
4
nov.
2011
Technologie

Après Asterisk 1.8, Digium a publié Asterisk 10. Tout va bien, c’est juste que le « 1. » de devant ne servait à rien. Pour rappel, Asterisk) est un autocommutateur téléphonique privé (PABX) open source pour systèmes UNIX, Mac OS et Windows.

Un des changements majeurs, c’est le nouveau « wide‐band media engine » (moteur média large bande), qui remplace avantageusement le media engine existant, puisque d’après Digium, cela offre une qualité audio de niveau studio, avec un nombre quasi‐illimité de codecs (« studio‐quality audio and a nearly unlimited number of codecs »). Cela dispense de la nécessité de connexions audio de haute qualité.

Il n'y a plus de limite de numérisation à des fréquences d’échantillonnage de 8 ou 16 kHz, puisqu’Asterisk gère maintenant les fréquences jusqu’à 192 kHz. Les nouveaux codecs sont Speex 32 kHz (et SILK, par Skype).

Petites brèves : ALAC et OpenMAMA

Posté par (page perso) . Modéré par baud123. Licence CC by-sa
Tags : aucun
8
4
nov.
2011
Technologie

ALAC

Apple a publié sous licence Apache 2.0 le code source d’un codec audio nommé ALAC, pour Apple Lossless Audio Codec. Ce codec est pris en charge depuis pas mal de temps sous quasiment toute la gamme des iBidules : iPhone, iPad, la plupart des iPods, Mac et iTunes.

OpenMAMA

Le projet OpenMAMA a pour but de livrer une API middleware de messagerie open source pour la finance et les télécommunications. La version 1.1 pour Linux sur x86 a été publiée. C’est un middleware dédié aux gros volumes et aux transactions rapides.

UEFI, à la découverte du nouveau BIOS

Posté par . Modéré par baud123.
Tags :
64
25
oct.
2011
Technologie

NdM : Cette dépêche est issue d’un journal, merci à son auteur.

Qu’il semble loin le temps, béni pour certains, maudits pour d’autres, où il était nécessaire de connaître les IRQ et DMA de sa machine pour l’utiliser, où, loin du plug’n’play, le matériel se contentait de laisser l’humain configurer…

Puis vint le plug’n’play, son compagnon l’ACPI permettant de lister le matériel et de le configurer magiquement. Mais toujours, au sein de la machine, un petit logiciel, le BIOS.

Modelio, un AGL UML propriétaire passe en GPL

Posté par (page perso) . Modéré par baud123. Licence CC by-sa
29
20
oct.
2011
Technologie

Les outils de modélisation libres sont rares, et la plupart offrent peu de fonctionnalités. Modelio est au contraire très complet et extensible.

Fruit d’une lignée d’AGL (méthode classe-relation à l’origine) puis d’AGL UML depuis maintenant 15 ans, d’abord Objecteering, puis Modelio depuis quelques années, cet atelier implémente la norme UML 2.0, ainsi que BPMN 2 (modélisation de processus), il dispose également de plusieurs générateurs de code et reverses sur des langages variés, aussi bien le classique Java, que des langages de définitions comme XSD ou WSDL, proposant ainsi un atelier de modélisation très complet.

Il gère en outre les notions de profils et de stéréotypes, permettant d’adapter UML à ses propres besoins, pour ainsi permettre à l’utilisateur d’outiller ses propres concepts plus finement qu’avec UML seul. Certains profils sont normalisés (MARTE pour modéliser des éléments temps réel, SysML pour la modélisation de systèmes), mais il est possible d’en définir de nouveaux pour ses propres besoins.

Cet outil est implémenté en utilisant les technologies issues du projet Eclipse (RCP, JFace, GEF pour les diagrammes) et est disponible sous Windows et GNU/Linux (il y a un cœur C++ sur la gestion d’accès aux données). Si vous êtes courageux, il doit être compilable sous d’autres UNIX sans trop de mal.

Merci à pamoule, baud123 et Floxy pour leur aide lors de la rédaction de cette dépêche.

Site Web en français pour le projet OPSI

Posté par . Modéré par Xavier Teyssier. Licence CC by-sa
Tags : aucun
12
19
oct.
2011
Technologie

Le projet OPSI (Open PServer Integration), après s’être doté d’un forum, va également mettre en ligne un site Web en français.

OPSI, est un système de gestion de postes clients sous Windows, tournant sur des serveurs Linux et distribué sous licence GPL v3. Il inaugure aussi un nouveau wiki, pour le partage des scripts entre les utilisateurs. Les premiers manuels en français voient le jour, d’autres sont en cours de traduction, avec possibilité d’y participer en se rendant dans le svn de la documentation du projet et en lisant le fichier README.txt.

Domogik 0.1.0, pour la domotique pratique

Posté par Mirelsol . Modéré par patrick_g.
38
14
oct.
2011
Technologie

Domogik est une solution libre, sous licence GPL v3+, de domotique ou automatisation d’habitat, basée sur le protocole xPL. La documentation Wiki, très complète, détaille l’installation, l’utilisation ainsi que les possibilités d’extension de Domogik.

  • Domogik est donc sortie en première version 0.1.0 et comprend huit greffons : Plcbus, x10, 1wire, Ipx800, Teleinfo, RFID Mir:ror, Modem « caller id », WakeOnLan / Ping ;
  • Domoweb est une interface graphique HTML 5 + CSS 3, et permet de contrôler votre maison depuis un navigateur Internet ;
  • Domodroid est une application pour Android en cours de développement, mais déjà fonctionnelle. Elle est toujours en phase de test.

La version suivante contiendra la fonctionnalité la plus attendue de Domogik, à savoir la possibilité de créer des scénarios. De nouveaux greffons devraient également faire leur apparition : Zibase, Zwave, notifications Android et iPhone, envoi de SMS, rfxcom, TTS, tellstick, etc..

Rencontre des utilisateurs européens de LLVM 2011

Posté par . Modéré par tuiu pol. Licence CC by-sa
18
30
sept.
2011
Technologie

Le 16 septembre dernier a eu lieu la première rencontre des utilisateurs européens (2011 European User Group Meeting) de LLVM — Low Level Virtual Machine —, la suite de compilation alternative à GCC. Sept présentations ont eu lieu à Londres devant pas moins de 80 personnes. La deuxième partie de la dépêche détaille quelques‐unes de ces présentations.

À noter que la prochaine réunion des développeurs LLVM aura lieu le 18 novembre 2011 à San José en Californie, soit deux jours après la date de sortie prévue de LLVM 3.0 qui apportera plein de nouveautés.

Soft‐Shake — Conférence sur le développement logiciel à Genève

Posté par Maxime . Modéré par Nÿco.
Tags : aucun
4
26
sept.
2011
Technologie

Le 3 et 4 octobre se tiendra à Genève la conférence Soft‐Shake sur le développement logiciel.

NdM : entrée 150 FS — environ 125 € — la journée ou 200 FS — environ 165 € — les deux jours. Les conférences traitent du développement logiciel, pas uniquement dans le cadre logiciel libre.

Cette année la conférence accueillera cinq sessions en parallèle :

  • Agile (étape genevoise de l’Agile Tour) ;
  • Java ;
  • mobilité (Android, iPhone, multi‐plate‐forme) ;
  • Microsoft ;
  • incubateur.

Oscopy 0.70 aka 20110921 disponible

Posté par Arnaud Gardelein . Modéré par Nÿco. Licence CC by-sa
20
23
sept.
2011
Technologie

Oscopy est une sorte d’oscilloscope propulsé par IPython. En tant que contribution à la simplification du flot de simulation électronique, il permet de visionner des données et de les post‐traiter (arithmétique, trigonométrique, FFT…). La particularité d’Oscopy est d’assurer automatiquement certaines tâches fastidieuses lors du rechargement des données d’origine (par exemple, après une nouvelle simulation) :

  • la mise à jour des signaux post‐traités en tenant compte des dépendances ;
  • la mise à jour des figures et graphiques.

Oscopy gère la communication avec d’autres programmes, tels que gschem de la suite gEDA, qui peuvent déclencher la relecture des fichiers à distance (D-Bus, etc.). Oscopy est conçu pour être facilement extensible, peu d’effort est nécessaire pour gérer de nouveaux formats de fichiers ou types de graphiques.

La version 0.70 aussi appelée 20110921 se focalise sur la stabilisation et l’amélioration de l’API, ainsi que la documentation.
Oscopy est maintenant propulsé par IPython et présente des améliorations pour le post-traitement et les recalculs automatiques lors de la mise à jour des données.

Le journal des modifications est détaillé dans la seconde partie de la dépêche.

Sortie de GeeXboX 2.0

Posté par (page perso) . Modéré par patrick_g. Licence CC by-sa
25
19
sept.
2011
Technologie

Après de bien longues et laborieuses années de développement, le projet GeeXboX vient de mettre à disposition (enfin !) la version 2.0 de sa distribution. Pour information, pour les plus jeunes, ou pour mémoire, pour les plus anciens, le projet GeeXboX a été fondé en 2002 pour créer une distribution GNU/Linux spécialisée dans le multimédia et dont la vocation est de transformer le PC de tout un chacun en véritable « set‐top box » multimédia (également communément appelé HTPC — Home Theater Personal Computer — de nos jours).

À l’origine basé sur une surcouche applicative à MPlayer, le projet a mis un temps certain pour se renouveler, du fait d’une architecture logicielle limitative. Après bien des essais (infructueux) de développement ou de réutilisation du projet MediaCenter de demain (à savoir MPUI, une surcouche à MPlayer, suivi de Freevo et, bien sûr, du développement de Enna sur une base EFL), le projet connaît aujourd’hui une deuxième jeunesse, en proposant LA référence du marché en termes de fonctionnalités, via le projet XBMC.

La distribution garde cependant ce qui a toujours fait son charme : utilisation en LiveCD ou LiveUSB, reconnaissance automatique du matériel, temps de démarrage raccourci et taille microscopique (72 Mio, bien plus que cela a pu être, mais cela reste raisonnable) et utilisation intuitive pour le néophyte (par clavier, souris, télécommande), sans nécessiter une quelconque connaissance informatique.

De l’open source dans la mobilité douce

Posté par (page perso) . Modéré par baud123.
18
9
sept.
2011
Technologie

Un nouveau concept dans le domaine du développement durable offrant des solutions pour la mobilité douce, à savoir le vélo. Qu’est‐ce que le concept Velorux ? Velorux a pour but d’apporter des solutions aux villes, aux collectivités publiques et aux entreprises soucieuses des problèmes liés à la mobilité douce, et donc directement à monsieur et madame tout le monde pratiquant le vélo.

Review Board 1.6

34
7
sept.
2011
Technologie

Review Board est une application web libre de revue de code collaborative. Originellement initiée chez VMware, elle est développée en Python/Django, et publiée sous licence MIT. Review Board se repose sur SVN et Git, mais aussi le vénérable CVS, ainsi que Bazaar et Mercurial (et accessoirement les proprios Perforce et ClearCase).

La revue de code étant un des parents pauvres du développement logiciel par son côté rébarbatif, un outil centralisé et collaboratif se révèle bien évidemment très largement supérieur à des méthodes empiriques par courriel et bavardages en ligne éparpillés. De plus, il amène un côté convivial et fun, couplé à un début d’effet social. Si la « sauce » prend dans une équipe de taille moyenne, cela peut beaucoup apporter en termes de qualité de code, entre autres.

La version 1.6 vient d’être publiée et apporte beaucoup de nouveautés : la liste est trop longue pour être détaillée ici. Pour ceux qui ne connaissent pas, jetez un rapide coup d’œil sur les copies d’écran. Review Board permet de gérer les requêtes de revue, les revues en elles‐mêmes, les diffs et les commentaires. En outre, ce logiciel propose un tableau de bord avec statistiques.

IBM lance la mémoire transactionnelle dans le matériel

45
7
sept.
2011
Technologie

Le supercalculateur Sequoia (prévu pour être le plus puissant supercalculateur lors de sa sortie) ne fera pas que battre des records de FLOPS, il utilisera aussi des processeurs BlueGene/Q d’IBM, les premiers processeurs commerciaux à utiliser une mémoire transactionnelle matérielle. Le processeur développé par Sun et annulé avec le rachat par Oracle, aurait également dû le prendre en charge.

C’est l’occasion d’expliquer ce qu’est la mémoire transactionnelle : une technique peu connue car elle pose des problèmes de performance lorsque plusieurs processus ou fils d’exécution (threads) doivent accéder à une valeur partagée.

N. D. A. : Merci à Nÿco, NeoX et Michel Barret pour leur aide lors de la rédaction de cette dépêche.