Présentation de Rust 0.8

126
11
oct.
2013
Technologie

Rust est sorti en version 0.8 le jeudi 26 septembre dernier, apportant comme d’habitude son lot de nouveautés.

Rust est un langage de programmation multi-paradigme (procédural, fonctionnel, orienté objet), compilé et orienté système. Il se veut donc un concurrent sérieux de langages tels que le C, C++, D et Go.

Logo Rust

Centré sur la sûreté, la concurrence et la praticité, il est développé par Mozilla Research (ils ne font pas que du web !) et une communauté de bénévoles. Il est publié sous double licence Apache 2.0 et MIT.

Il y a déjà eu deux dépêches complémentaires consacrées à Rust, à l’occasion de la sortie de la version 0.1 et de la version 0.3. Notons également un journal plutôt intéressant mais assez succinct, paru à l’occasion de la sortie de la version 0.7.

Mais en règle générale, le sujet reste borné à quelques blogs anglophones, quelques nouvelles furtives sur Developpez.com par exemple, et bien sûr le site web du projet.

Il me semblait donc nécessaire de faire le point sur ce langage à la communauté dynamique et qui semble très prometteur. La sortie de la version 0.8 est donc l’occasion rêvée pour vous faire une présentation complète du langage. D’ailleurs, ce document est sûrement, à la date de la publication, le plus gros document francophone concernant Rust (et la plus grosse dépêche jamais publiée sur Linuxfr ? :p).

Note de l’auteur : un grand merci à sebcrozet pour ses connaissances sur le fonctionnement de Rust (qui s’est inscrit sur Linuxfr juste pour l’occasion !), à olivierweb et à Olivier Renaud pour leurs innombrables corrections, ainsi qu’à tous les autres contributeurs bien entendu !

Où vont les supercalculateurs ? D’où on vient, quels sont les problèmes, où l’on va (1re partie)

120
5
juil.
2013
Technologie

Il y a un bail, j’avais dit que je voulais un jour parler des architectures haute performance, et de leur potentiel futur. Je me lance donc ici, en espérant que certains se permettront de me corriger là où j’aurai fait des erreurs (sans doute nombreuses).

Je vais diviser ces explications en trois parties. La première (qui suit juste après) va juste faire un rappel sur les architectures « séquentielles » de base. La deuxième partie (à venir très bientôt) s’occupera de décrire les systèmes multi‐processeurs et multi‐cœurs, ainsi que la raison de leur existence. J’en profiterai pour aussi expliquer les problèmes récurrents liés à l’exploitation de systèmes haute performance. La dernière partie parlera des efforts effectués en ce moment pour fabriquer les supercalculateurs du futur (disons à l’horizon 2020-2025).

Mise aux poings sur systemd

96
13
juin
2014
Technologie

systemd est un gestionnaire du système et de services (aussi appelé « PID 1 », car c’est le premier processus à être lancé) pour Linux, compatible avec SysV et les scripts d’init LSB. systemd a des capacités de parallélisation énergiques. Il utilise les sockets et l’activation par D-Bus pour démarrer les services, permettant le démarrage à la demande des démons. Il surveille et commande les processus avec les groupes de contrôle (cgroups) Linux. Il prend en charge la construction d’instantanés et la restauration de l’état du système. Il maintient les points de montage et d’auto-montage, et implémente une logique de contrôle transactionnelle élaborée fondée sur les dépendances entre services.

systemd ne fait pas partie du projet freedesktop.org, bien qu’hébergé sur le site. Il est codé en langage C et publié sous licence GNU GPL 2.1+. Il a été lancé par Lennart Poettering, auteur de PulseAudio et d'Avahi entre autres, et est maintenant activement développé par plusieurs dizaines de développeurs.

La dernière dépêche concernant systemd a suscité de nombreuses réactions et certaines d'entre elles montraient une méconnaissance de ce logiciel : la dépêche se contentait, pour la majeure partie il est vrai, de traduire les notes de versions.

Je vais donc faire un point sur systemd, histoire d’en finir une bonne fois pour toutes avec les discussions sans fin sur systemd (l’espoir fait vivre).

Et si la meilleure des cartes RAID était libre ?

Posté par (page perso) . Édité par Nils Ratusznik, Nicolas Casanova, Tonton Th, palm123, NeoX, ZeroHeure, Jiehong, jcr83 et Nÿco. Modéré par ZeroHeure. Licence CC by-sa
94
10
fév.
2014
Technologie

ZFS comme son nom ne l'indique pas n'est pas juste un système de fichiers. Plus je l'utilise plus je dirais même que le système de fichiers n'est qu'une des fonctionnalités sympa de ZFS. ZFS est avant tout un moyen d'organiser de façon efficace ses ressources de stockage, une sorte de carte RAID surpuissante.

NDA : merci à Nicolas Casanova, Tonton Th, NeoX, Jiehong, jcr83 et ZeroHeure pour leur relecture attentive

Kalray un processeur massivement parallèle très impressionnant : Qu’il est loin le temps de mon ZX81

90
8
jan.
2014
Technologie

Quand je regarde les ordinateurs de compétition que nous utilisons aujourd’hui et ceux avec lesquels j’ai découvert l’informatique, j’ai l’impression de voir l’évolution de la vie sur terre — qui a commencé il y a environ 3,5 milliards d’années avec l’apparition des premières bactéries, pour arriver jusqu’à l’homme plus ou moins évolué que nous sommes aujourd’hui — ramenée à une soixaine d’années si l’on part du transistor jusqu’aux processeurs les plus avancés d’aujourd’hui, parmi lesquels le processeur MPPA MANYCORE de Kalray.

Entretien avec Andrew Tanenbaum à propos de MINIX

Posté par (page perso) . Édité par Davy Defaud, Nÿco et Benoît Sibaud. Modéré par baud123. Licence CC by-sa
Tags :
87
17
nov.
2011
Technologie

MINIX 3 est système d’exploitation libre sous licence BSD. Créé par le professeur Andrew Tanenbaum, il est basé sur un micro‐noyau et il vise avant tout la fiabilité et la modularité.

Alors que la licence d’origine était propriétaire et que le système était conçu avant tout comme étant un projet pédagogique, la situation a commencé à évoluer à partir de l’an 2000. La licence a été changée pour la BSD, puis, en 2005, c’est la raison d’être même du projet qui a changé. Plus question de système pédagogique réservé aux étudiants désireux de comprendre les entrailles d’un système d’exploitation !

Minix3

En route pour HTTP/2.0

86
24
mai
2012
Technologie

HTTP est devenu au cours des dernières années le protocole à tout faire. Au départ prévu pour servir de l'information structurée par lien hypertexte, il est aujourd'hui utilisé pour tout et n'importe quoi. Cette évolution ne va pas sans poser de problèmes. C'est pourquoi sous l'égide de l'IETF un groupe de travail httpbis s'est mis en place.

Logo IETF

Une nouvelle mouture du protocole tarte à la crèmeHTTP est donc en route. Faisons un petit tour de son histoire et des projets en cours, avant d'écouter ce qu'à a nous en dire Willy Tarreau qui s'est particulièrement investi dans le groupe de travail httpbis.

NdM : Merci à Nÿco, Florent Zara, patrick_g, Raoul Volfoni, baud123, warwick, Nils Ratusznik, NeoX, zebra3 et Benoît pour leur contributions à cette dépêche.

Héberger son courriel

85
11
oct.
2013
Technologie

Au vu d’un précédent sondage, les lecteurs ont largement envie de plus de howto/documentation. Voici donc un tutoriel pour mettre en place une solution pour héberger ses courriels. Jusque‐là, c’est assez classique, mais on va aller un peu plus loin en ajoutant une solution pour lutter contre le pourriel (spam), qui apprend en fonction de ce que l’utilisateur configure. Cette solution vise une installation pour quelques utilisateurs maximum (on ne parle pas de LDAP, par exemple). Qui plus est, ils doivent être de confiance, car ils ont accès à certaines commandes qui peuvent poser des problèmes. Ils n’ont pas non plus de quota maximum.

L’installation et la configuration ont été testées sur Debian Wheezy, mais devraient fonctionner pour toute distribution.

systemd pour les administrateurs, partie 1 et 2

82
2
août
2014
Technologie

On vous parle depuis longtemps de systemd. On vous dit que c’est très bien. La plupart des distributions l’ont adopté (Fedora, openSUSE, Mageia, Frugalware, Arch, etc.), vont l’adopter (Debian, Ubuntu) ou vous permettent de l’utiliser de manière optionnelle (Gentoo, etc.). Mais, savez‐vous l’utiliser ?

Voici une série d’articles didactiques pour apprendre à utiliser systemd et vous permettre de mieux l’appréhender et de comprendre les avantages qu’il apporte par rapport aux systèmes précédents.

Les informations ci‐dessous sont tirées, traduites et adaptées du blog de Lennart Poettering et sont accessibles dans la langue de Shakespeare aux adresses ci‐dessous :

sslh 1.10, la bête noire des censeurs

79
30
nov.
2011
Technologie

Non, il ne s’agit pas d’un nouveau concurrent pour Tor (réseau) ou Freenet. Il s’agit juste d’un outil pour les personnes auto‐hébergées qui voudraient accéder à tous leurs services de n’importe où.

Cette dépêche explique son fonctionnement et ce qu’apporte sa dernière version.

CARE et la reproductibilité des exécutions

74
5
fév.
2014
Technologie

CARE (Comprehensive Archiver for Reproducible Execution) vient de sortir en version 2.1.

CARE est un outil permettant d'observer l'exécution d'une commande Linux (ls, gcc, vlc, …) et de créer une archive contenant l'intégralité des fichiers utilisés lors de l'exécution de cette commande. Il est alors possible d'extraire cette archive sur une autre machine afin de relancer la commande dans le système de fichiers d'origine.

Lors de la ré-exécution, la commande sera entièrement isolée dans l'archive et ne pourra accéder qu'aux fichiers et à l'environnement présent dans cette archive. Il est important de noter que les événements extérieurs (comme les entrées clavier, réseau, …) ne sont pas archivés et doivent, si nécessaire, être recréés par l'utilisateur.

LLVM 3.3 et Clang 3.3

73
18
juin
2013
Technologie

Le projet LLVM est un ensemble de technologies modulaires et réutilisables destinées à construire des chaînes de compilation et des compilateurs. Ce projet a grandi depuis ses débuts en tant que projet de recherche à l’Université de l’Illinois pour maintenant rivaliser avec l’autre grand compilateur du monde libre. À l’aube de ses 10 ans, le projet est on ne peut plus actif, attirant aussi bien des industriels (ARM, IBM, Qualcomm, Google, Intel, etc.) que des chercheurs.

logo LLVM

Le projet LLVM, ainsi que Clang, le compilateur C/C++/ObjectiveC officiel du projet, sont sortis dans leur version 3.3 le 17 juin 2013. LLVM apporte la prise en charge de nouvelles architectures. Clang implémente désormais la totalité du standard C++11. Ces nouveautés sont détaillées dans la seconde partie de la dépêche.

La conférence européenne LLVM 2013 qui s’est déroulée les 29 et 30 avril derniers à Paris, a permis de voir certaines améliorations possibles qui seront peut‐être un jour intégrées dans LLVM/Clang.

Enfin, il est important de noter que LLVM a reçu le 2012 System Software Award, rejoignant ainsi Eclipse (2011), Java (2002), TCP/IP (1991) et tant d’autres.

Linux et la commande numérique par calculateur

Posté par . Édité par Florent Zara, baud123 et Benoît Sibaud. Modéré par Xavier Claude. Licence CC by-sa
Tags :
67
16
déc.
2012
Technologie

Passionné d'informatique et utilisateur de Linux depuis environ 2003 (avec Mandrake 9.1), je me suis équipé pour mon travail (je suis artisan et je travaille le bois) d'une petite fraiseuse numérique 3 axes. Il était pour moi hors de question de revenir sous Windows et j'ai donc dû chercher les logiciels nécessaires tournant sous Linux. Pour ceux qui ne connaissent pas ce domaine, la fabrication assistée par ordinateur (FAO) nécessite 3 étapes :

  • La modélisation de la pièce à l'aide d'un logiciel de dessin technique 2D ou 3D. Cette étape est appelée CAD en anglais : Computer Aided Design.
  • La création des parcours d'outil, en fonction du type de matière à usiner, de l'outil utilisé, de l'état de surface souhaité, etc. Cette étape est appelée CAM en anglais : Computer Aided Manufacturing.
  • Le pilotage de la machine-outil à l'aide d'un logiciel contrôleur : donc l'usinage proprement dit.

Les logiciels de ce type ne sont pas très nombreux sous Linux, mais les choses avancent doucement, et je souhaitais donner quelques nouvelles de certains d'entre eux et faire naître, pourquoi pas, quelques vocations de contributeurs. Je ne suis pas du tout spécialiste de la CNC, ni de l'informatique. Ce qui suit n'a donc aucun caractère exhaustif et comporte probablement quelques erreurs ou imprécisions.
Il s'agit juste d'un petit état des lieux des logiciels que j'utilise ou dont je surveille le développement.

NdM : merci à christophe_g pour son journal.

Un entretien avec Lennart Poettering

Posté par (page perso) . Modéré par Christophe Guilloux.
64
5
juil.
2011
Technologie

Lennart Poettering est un développeur Red Hat/Fedora connu pour être remarquablement prolifique. Après Avahi et Pulseaudio c'est maintenant le démon d'init systemd qui l'occupe depuis plusieurs mois et qui a fait une entrée tonitruante dans le monde du libre.

Lennart ne déguise pas sa pensée et il ne craint pas de choquer en dévoilant ses opinions. Il est d'avis que seuls les systèmes basés sur Linux peuvent vraiment concurrencer les OS propriétaires et, en conséquence, ses choix techniques ne tiennent pas compte des autres systèmes libres.
Son franc-parler a parfois provoqué des batailles homériques sur les listes de discussion des différents projets et les gens du GCU-Squad sont à deux doigts de lancer un tueur à gages à ses trousses.

Pour toutes ces raisons, il est sans doute bon de faire le point avec lui et de l'interroger calmement sur ses projets et sur sa vision du libre.
LinuxFr a donc effectué un entretien avec Lennart, dont vous trouverez une traduction en seconde partie de la dépêche.

Encore une fois les anglophones sont incités à lire la version originale de l'entretien qui est postée en commentaire de la dépêche.

UEFI, à la découverte du nouveau BIOS

Posté par . Modéré par baud123.
Tags :
64
25
oct.
2011
Technologie

NdM : Cette dépêche est issue d’un journal, merci à son auteur.

Qu’il semble loin le temps, béni pour certains, maudits pour d’autres, où il était nécessaire de connaître les IRQ et DMA de sa machine pour l’utiliser, où, loin du plug’n’play, le matériel se contentait de laisser l’humain configurer…

Puis vint le plug’n’play, son compagnon l’ACPI permettant de lister le matériel et de le configurer magiquement. Mais toujours, au sein de la machine, un petit logiciel, le BIOS.

Le Top 500 de novembre 2012

Posté par (page perso) . Édité par baud123 et Xavier Teyssier. Modéré par tuiu pol. Licence CC by-sa
64
12
nov.
2012
Technologie

Le quarantième Top 500 des supercalculateurs mondiaux est sorti aujourd’hui à l’occasion de la conférence Supercomputing 2012 qui a lieu à Salt Lake City aux États‐Unis.

Rappelons que le Top 500 se base sur une soumission volontaire (de nombreuses machines, puissantes mais classifiées ne participent pas à la course) et sur un comparateur spécifique de performances extrêmement parallélisable (le code Linpack qui concerne la résolution de systèmes d’équations linéaires).

L’analyse dans la suite de la dépêche…

Rust s’oxyde en version 0.10

63
8
avr.
2014
Technologie

Mozilla et la communauté Rust ont annoncé la version 0.10 de Rust le 3 avril. Rust est un langage de programmation développé par Mozilla. La version 0.1 a été annoncée par Mozilla le 20 janvier 2012. Pour découvrir le langage, on peut se référer au nouveau site web sur lequel on peut lire :

Rust est un langage de programmation système qui est extrêmement rapide, empêche presque tous les plantages et élimine les accès concurrent.

Logo de Rust

Rust se veut donc une alternative à C/C++, comme D et Go, et possède tout comme ces derniers un ramasse-miettes, mais qui est optionnel. Sa syntaxe est proche de celle du C/C++/Java tout en étant beaucoup plus expressif. Sa force est de mélanger les fonctionnalités de différents paradigmes, beaucoup venant du fonctionnel (immuabilité par défaut, modèle objet proche de celui d'Haskell, fermetures, etc). Il met l'accent sur la sûreté d'exécution, notamment grâce à son système élaboré de pointeurs intelligents et son système de types forts, sans sacrifier les performances.

Depuis la version 0.9, qui a fait l’objet d’une dépêche, les efforts ont notamment porté au cours des 1500 changements sur la simplification du langage. Le langage Rust n'est pas stabilisé, cela viendra avec la version 1.0.

Cette itération de développement a apporté le découpage de la bibliothèque libextra, introduit des extensions de syntaxe inter crate, amélioré la manipulation des pointeurs avec le trait Deref et la gestion des erreurs des entrées/sorties.
En dehors du compilateur, cette nouvelle version a vu l'introduction d'un nouveau processus de RFC ainsi que la construction quotidienne des installateurs binaires.

Des améliorations ont été données à l'infrastructure de tests et aux scripts de construction. Des installeurs sont désormais disponibles pour Linux, MacOS et Windows. Même si certains font tourner Rust sur ARM, ce n'est pas une architecture proposée dans la documentation.

Comme pour les précédentes versions, cette version 0.10 doit être considérée comme une version alpha, appropriée pour les adopteurs précoces et les amateurs de langages.

HAProxy 1.5

63
26
août
2014
Technologie

Après quatre ans et trois mois, et pas moins de 26 versions de développement, la version réputée stable de HAProxy devient la 1.5. Même si HAProxy est avant tout un répartiteur de charge HTTP et TCP, les possibilités offertes par la version 1.5 en font le véritable couteau suisse du Web à haute charge.

HAProxy

Il est utilisé, entre autres, par de nombreux sites d’audience mondiale, tels que Twitter, Instagram, GitHub, Reddit… Cette version apporte de nombreuses nouveautés, dont la très attendue prise en charge de l’offloading SSL.

La version 1.5.0 a été rapidement suivie de quelques versions correctives. Nous en sommes à la 1.5.3, disponible depuis le 25 juillet dernier.

Pourquoi les développeurs n'utilisent pas plus de machines à état ?

Posté par (page perso) . Édité par baud123, Christophe Guilloux et NeoX. Modéré par Christophe Guilloux. Licence CC by-sa
62
1
fév.
2013
Technologie

Les langages de programmations, de quelques paradigmes qu'ils soient (bien qu'un peu moins pour le paradigme logique), sont basés sur le concept de liste d'instructions exécutées à la suite par la machine. La machine exécutant ce code est une machine à état, mais le programme n'est pas formellement pensé comme tel.

Les machines à état semblent pourtant un bon outil pour la programmation des logiciels que nous avons l'habitude de développer : facile à dessiner sur papier, permettant un découpage clair du fonctionnement de l'application.
Sans compter qu'une machine à état se patche plus facilement qu'un code classique où l'effet spaghetti peut vite impliquer des effets indésirables.
Les designers de Qt l'ont bien compris en permettant de définir des machines à état pour décrire le comportement du contrôleur.

C'est pourquoi certains se sont demandés si la programmation en machine à état ne devrait pas être plus pratiquée et aimée des programmeurs. C'est, par exemple, ce que se demande Willem van Bergen, carrément enthousiaste.
Celui-ci pense que c'est le stockage de l'historique qui est essentiel.

Plus circonspect, Alan Skorkin étudie la problématique de reprise de code, afin de comparer les approches, pour conclure que si les machines à états ne sont pas la panacée, elles sont très intéressantes si on conçoit le code avec.

Un très intéressant débat est né de cette polémique sur Hacker News.

Petit état de l'art des systèmes d'initialisation (1)

60
3
déc.
2013
Technologie

Ces dernier temps, la question de l'initialisation du système d'exploitation a été au cœur des trolls discussions. Nous allons faire un point sur les différentes approches mise en œuvre possédant une implémentation libre.

Dans cette première partie, nous allons voir arbitrairement quatre systèmes d'initialisation : OpenRC, rcNG, Upstart et runit.

Nous n'aborderons pas systemd du fait qu'il a déjà été évoqué dans de nombreux contenus (ici, ici et par exemple).

Note : merci à Jarvis Jiehong, needs, Fopossum, Brndan, Joël Thieffry, Storm, MrSpackMan, Nils Ratusznik, Misc, reno, Sylvain Blandel, Benoît Sibaud, lenod,talou, etenil, qui sont les véritables auteurs de cette dépêche.

Actionaz, un logiciel d'automatisation libre

59
28
fév.
2012
Technologie

Actionaz est un logiciel libre d'automatisation d'actions. Il vous permet de créer des scripts contenant des actions en utilisant une interface graphique. Plus besoin d'être un développeur pour profiter de l'automatisation sur PC ! Actionaz est disponible sous licence GNU/GPL et est développé en C++ avec l'aide du framework Qt. De ce fait, le logiciel fonctionne sur les systèmes d'exploitation basés sur GNU/Linux ainsi que sous Windows.

Son but est de vous éviter d'avoir à répéter des actions comme des clics ou des pressions de touches. Il comporte 42 actions différentes allant de la lecture d'un fichier son au téléchargement d'une page Web ou d'un fichier, en passant par la lecture ou l'écriture d'un fichier texte. Sous Windows, vous avez également la possibilité de créer des scripts exécutables qui pourront être démarrés sur un ordinateur où Actionaz n'est pas installé.

Logo Actionaz

systemd versions 212 à 215

57
6
oct.
2014
Technologie

systemd est un système de démarrage alternatif au démon init d’UNIX System V spécifiquement conçu pour le noyau Linux, avec une meilleure gestion des dépendances entre services et le chargement en parallèle des services au démarrage. Il est publié sous licence GNU LGPL version 2.11.

Voici une version traduite, réarrangée et non exhaustive des notes de version de systemd des versions 212 à 215. En bref, on ajoute un peu de sucre autour ! Vous pouvez même sauter ce qui ne vous intéresse pas.

Lennart, développeur principal de systemd, posant avec son livre préféré

N. D. M. : cette dépêche est un énorme travail d’eggman et de sinma qui méritent tous les deux des gros remerciements.

Améliorer la disponibilité de ses services

57
23
juil.
2014
Technologie

Votre aventure d'hébergeur amateur prend de l'ampleur. Depuis quelques mois, vous avez réussi à gérer plusieurs services de façon transparente, mais maintenant que vous avez de plus en plus d'utilisateurs de vos services, vous vous rendez compte que votre unique serveur web est surchargé et que chaque maintenance provoque des coupures de service que ne comprennent pas vos visiteurs.

Afin de répondre à cette problématique, le plus simple est de multiplier les serveurs : la charge sera répartie entre les différents serveurs et vous pourrez couper un serveur pour une maintenance, sans couper le service associé.

Sortie de Gambas 3.3

Posté par (page perso) . Édité par Davy Defaud, Adrien Prokopowicz, NeoX, baud123, Pierre Jarillon, Benoît Sibaud et Florent Zara. Modéré par j. Licence CC by-sa
Tags :
56
30
sept.
2012
Technologie

Gambas est un langage de programmation orienté objet, basé sur un interpréteur BASIC, et une plate‐forme de développement complète. Il comporte, entre autres, un compilateur, un interpréteur, un tas de modules complémentaires (appelés composants) et un environnement de développement intégré. Le tout est distribué sous licence GNU GPL v2 ou supérieure.

Gambas 3 est sorti le 31 décembre 2011, il y a maintenant neuf mois.

Profitons donc de la sortie de Gambas 3.3 pour faire un point sur les nouvelles fonctionnalités de ce langage de programmation.

Pour plus d’informations sur Gambas, la lecture de la précédente dépêche est vivement conseillée, ainsi que la consultation du site du logiciel.

Gambas Almost Means BASIC !

Sortie de Qt 4.7

Posté par . Modéré par Nÿco.
Tags :
55
22
sept.
2010
Technologie
Qt 4.7, la bibliothèque C++ libre (GNU LGPL) et multiplateforme de Nokia vient de sortir. Le principal ajout de cette version est Quick (pour Qt UI Creation Kit), qui facilite la réalisation d'interfaces utilisateurs plus dynamiques. Cette nouvelle façon de réaliser les interfaces devrait principalement intéresser l'embarqué, même si elle ne se limite pas à cela (les technologies Quick sont notamment utilisées dans les Plasmoïdes du projet KDE).

Cette version a eu un cycle de développement assez long, ce qui a entraîné un décalage entre la sortie de Qt Creator (l'environnement de développement officiel) et Qt. La dernière version stable est donc la 2.0.1 et la 2.1 devrait sortir bientôt une prise en charge complète de Quick.

La suite de cette dépêche abordera les nouveautés de Qt 4.7 bien évidemment, mais aussi plusieurs projets en cours chez Nokia et qui feront vraisemblablement leur entrée dans les prochaines versions de Qt.