In memoriam : Ian Murdock (1973-2015)

Posté par (page perso) . Édité par Benoît Sibaud. Modéré par patrick_g. Licence CC by-sa
91
31
déc.
2015
Communauté

C'est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Ian Murdock, âgé de seulement 42 ans.

Pilier du logiciel libre, Ian avait lancé la distribution Debian GNU/Linux en 1993, puis Progeny en 2001. Par la suite il travailla pour Sun jusqu'à la fusion avec Oracle et s'activait depuis quelques temps pour Docker.

Après avoir tenu des propos désespérés et peu compréhensibles sur Twitter, il a annoncé son intention de mettre fin à ses jours. Il est décédé le 28 décembre de cette terrible année 2015.

Comment j’en suis venu à découvrir Linux, par Ian Murdock

91
11
jan.
2016
Communauté

Ian Murdock est l’initiateur de la distribution Debian GNU/Linux. C’est à ce titre qu’il est mondialement connu. Il nous a malheureusement quitté le 28 décembre 2015.

Au mois d’août 2015, il a raconté comment il avait découvert les logiciels libres. Cet article, publié le 17 août sur son blog, sonne comme le début d’un testament qu’il aurait voulu rédiger.

Ce témoignage, comme celui de Linus Torvalds, montre comment, il y a plus de 20 ans, on découvrait les logiciels libres. À cette époque, Internet naissait et allait changer le monde…

Découvrez la traduction du blog de Ian dans la seconde partie de l’article (version originale publiée sous CC by 4.0).

Circulaire du Premier ministre sur l’usage des logiciels libres dans l’Administration

85
22
sept.
2012
Communauté

Le Premier ministre Jean‐Marc Ayrault vient de diffuser à l’ensemble des ministères une circulaire concernant l’« Usage du logiciel libre dans l’administration ».

Cette circulaire constitue une avancée majeure pour le logiciel libre dans les systèmes d’information de l’État. Elle recense les succès passés et les cas d’utilisation les plus appropriés, permettant ainsi de dégager les axes d’une véritable politique en matière de logiciel libre et open source. Le groupe de travail de la DISIC, qui a rédigé la circulaire, met tout particulièrement l’accent sur les bénéfices économiques du logiciel libre pour ceux qui le déploient, mais il n’oublie pas de souligner l’importance des contributions, et fixe des objectifs précis en la matière : de 5 à 10 % du montant des économies réalisées doivent être réinvestis sous la forme de contributions.

Dans un courrier accompagnant cette circulaire, Jean‐Marc Ayrault souligne les avantages du logiciel libre : « moindre coût, souplesse d’utilisation, levier de discussion avec les éditeurs ».

Suivez le lien « lire la suite », pour quelques analyses et commentaires rédigés par le CNLL.

Le parlement français adopte une disposition législative donnant la priorité au logiciel libre

75
10
juil.
2013
Communauté

Après d'intenses débats, le parlement français vient d'inscrire pour la première fois dans la loi la priorité au logiciel libre pour un service public, avec l'adoption du projet de loi enseignement supérieur et recherche.

Cette disposition avait été introduite par le Sénat, puis confirmée fin juin 2013 par la commission mixte paritaire (CMP) qui s'était réunie pour réexaminer les dispositions votées non conformes dans les deux chambres (Assemblée nationale et Sénat). De nombreuses personnes s'étaient mobilisées suite à l'appel de l'April pour contacter les députés et sénateurs membres de cette CMP pour que la disposition en faveur du logiciel libre soit conservée.

L'Afdel et le Syntec numérique ont tenté de s'opposer à cette disposition notamment en arguant de prétendues « difficultés juridiques ». L'Inria a rejoint récemment le lobby contre la disposition en faveur du logiciel libre, générant plusieurs réactions dont l'Aful, François Pellegrini et des personnels de l'Inria. En contact avec les parlementaires et le gouvernement, l'April leur a communiqué une analyse sur la validité juridique d'une disposition législative donnant la priorité au logiciel libre.

Après le Sénat le 3 juillet 2013, l'Assemblée nationale a finalement adopté le 9 juillet 2013 le projet de loi relatif à l'enseignement supérieur et à la recherche. Le texte n'attend plus désormais que sa promulgation par le Président de la République.

L'article 9 du projet de loi précise que :

    II. – Au même code de l’éducation, il est rétabli un article L. 123-4-1 ainsi rédigé :

    « Art. L. 123-4-1. – Le service public de l'enseignement supérieur met à disposition de ses usagers des services et des ressources pédagogiques numériques.

    « Les logiciels libres sont utilisés en priorité. »

Brackets : l'éditeur du web, par le web, pour le web

Posté par (page perso) . Édité par jean-michel.bertrou.eu, Nÿco, Yves Bourguignon, Xavier Teyssier, _jordan_, olivierweb, DontShootMe et Benoît Sibaud. Modéré par patrick_g. Licence CC by-sa
Tags : aucun
69
3
fév.
2014
Communauté

Brackets est un éditeur de code dédié aux technologies web (HTML / CSS / JavaScript). Initialement développé par la société Adobe Systems, ce logiciel est publié sous licence MIT. Le choix d'une licence libre représente une stratégie singulière pour l'entreprise Adobe, qui habituellement préfère les solutions propriétaires.

Brackets : Coder le web

Brackets se distingue aussi par son interface utilisateur WYSIWYM. Contrairement à Dreamweaver - l'actuel éditeur web phare d'Adobe, qui repose sur le paradigme WYSIWYG -, Brackets est avant tout un éditeur de texte : l'utilisateur modifie directement le code source.

Enfin, le logiciel et ses extensions sont développés en HTML, CSS et JavaScript. Brackets a ainsi pu être qualifié d'éditeur qui pouvait s'éditer lui-même.

Pourquoi le choix de l'open source ? Pourquoi le choix du WYSIWYM ? Nous verrons plus loin que ces deux questions sont liées. Mais d'abord, voyons les fonctionnalités…

Crowdfunding de Lolix V2

Posté par (page perso) . Édité par Nils Ratusznik, Nÿco, Benoît Sibaud, Bruno Michel et palm123. Modéré par Nÿco. Licence CC by-sa
64
11
déc.
2013
Communauté

L'information est déjà sortie d'Internet et cette dépêche va prendre une tournure un peu différente de celle initialement prévue. J'ai lancé hier une campagne de financement participatif pour ré-écrire Lolix (site d'offres d'emplois autour du logiciel libre). Comme je l'ai décrit dans le billet Lolix de 1998 à 2013, le code a beaucoup vieilli en 15 ans et il est temps de repartir sur une base saine.

J'ai lancé la campagne sur 42 jours afin de laisser passer les fêtes et que tout le monde puisse prendre le temps d'en avoir connaissance, mais le message est passé beaucoup plus vite que prévu (en partie grâce aux journaux de Thom et Sky) et la campagne est en passe d'atteindre son objectif en moins de 24h. C'est tout bonnement époustouflant, à l'heure de cette dépêche on en est déjà à 74%, alors d'ici 16h30 ce mercredi 11 il est fort possible que les 100% soit atteints ce qui va pourrait établir un record. Première conséquence de ce succès, j'avais prévu avant le lancement de faire un mailing auprès de toutes les personnes qui se sont inscrites sur Lolix depuis l'origine, mais comme beaucoup ici je ne suis pas fan de recevoir des mails non sollicités : je vais donc m'abstenir de le faire.

Le but du financement, comme je l'ai expliqué, est de me permettre de disposer de temps pour faire les nouvelles bases du code de Lolix V2 qui sera développé en Django et suivi sur Github. C'est bien parti pour que la campagne réussisse mais plus elle ira loin plus je disposerai de temps pour coder, alors quand celle-ci dépassera les 100%, il ne faut pas hésiter à contribuer au-dessus de l'objectif. Une partie de ce qui sera récolté servira à rétribuer un graphiste, car il paraît que le look & feel de Lolix serait quelque peu vieillot :-)

La première leçon que je retire est que la communauté du libre est bien une force vivante et généreuse sur laquelle on peut toujours compter, merci à vous !

NdM : Malizor, Jarvis, Nÿco et Nils Ratusznik ont également travaillé sur une dépêche similaire, merci à eux.

Affiche « Les logiciels imposés et inutiles, ça se paye ! »

Posté par . Édité par Nÿco. Modéré par j. Licence CC by-sa
58
17
fév.
2012
Communauté

Le groupe de travail sensibilisation de l'April propose une nouvelle affiche, réalisée par Antoine Bardelli, pour dénoncer la vente liée :

Affiche

Affiche « Les logiciels imposés et inutiles, ça se paye ! »

Cette affiche est déclinée en plusieurs versions pour le web et pour l'impression ainsi qu'une version noir et blanc. Elle est diffusée sous triple licence libre :

  • Licence Art Libre 1.3 ou ultérieure
  • Creative Commons Paternité, Partage à l'identique 2.0 ou ultérieure
  • GFDL 1.3 ou ultérieure.

Elle a bien sûr été réalisée avec des logiciels libres, principalement Scribus. N'hésitez pas à la faire connaître.

Les femmes dans l'informatique

57
8
mar.
2014
Communauté

Le 8 mars est la journée internationale des droits des femmes. Le rouge à lèvre cadeau-bonus du marchand de cosmétique, les cartes de crédit rosifiées du banquier (ou le fleurissement inopiné de blagues sexistes) n'ont pas vocation à faire partie des droits fondamentaux des femmes.

C'est l'occasion de faire un tour d'horizon de leur place dans le monde de l'informatique, notamment dans le logiciel libre. En effet, elles sont sous-représentées parmi les acteurs de l'informatique: étudiants, salariés, enseignants, etc. Si on écarte l'hypothèse qu'il existe une essence (masculine ou féminine) prédisposant les individus à choisir un domaine professionnel en fonction de leur sexe, on peut se demander pourquoi un tel déséquilibre existe, depuis quand, et quels sont ses effets au sein du milieu de travail et dans les relations professionnelles?

Léa est de retour !

Posté par (page perso) . Édité par baud123 et Nÿco. Modéré par Christophe Guilloux. Licence CC by-sa
Tags : aucun
56
10
déc.
2012
Communauté

Léa-Linux est de nouveau en ligne, complétement en ligne, après quelques longues semaines d’interruption. Léa-Linux, c'est le site d'entraide Linux Entre Amis et tout le monde est le bienvenu.

Tout avait commencé cet été : lors d’une migration système, nous avions rencontré des problèmes avec notre serveur. Léa avait alors fait son baluchon et déménagé sur un autre serveur où on lui avait gentiment fait un peu de place. Loi de Murphy oblige, cet autre serveur n’avait plus voulu redémarrer après une de ses propres mises à jour. Il nous a fallu un peu temps pour récupérer les données et reconstruire le site ; les listes de diffusion sont revenues à la vie en octobre et le recettage a commencé en novembre.

Merci à Mickaël, Guillaume, Nicolas, Farid, Benjamin et surtout Serge pour leur participation dans ce périple. L’équipe de Léa vous présente ses excuses de n’avoir pu vous aider durant ce laps de temps et vous remercie de votre patience et de vos messages de soutien.

How-to inviter Richard Stallman à une conférence

55
13
déc.
2012
Communauté

Richard M. Stallman (que nous abrégerons souvent RMS dans la suite de cette dépêche) est un personnage du monde du logiciel libre que l'on ne présente plus, surtout ici. Si malgré tout vous ne connaissez pas le père du mouvement sus-cité, sa fiche Wikipédia est un bon début. RMS sillonne le monde sans relâche pour participer à des conférences.

Portrait de Richard M. Stallman

Depuis quelque temps, pour éviter de répéter toujours les mêmes consignes aux organisateurs, il a rédigé un guide qui contient des informations tout à fait utiles dans ce genre de circonstance : quels sont les types de discours qu'il peut faire, en quelle langue, leur durée, où trouver sa photo, une courte bio. Il précise aussi tout un tas de détails précis et pertinents sur l'admission, la publicité, la bonne manière de prononcer Gnu, etc.

Cependant, suite à de nombreux impairs réalisés par ses hôtes, il y a aussi inclut des éléments plus cocasses et surprenants dans ce type de document.

Ce document n'est ni exclusif ni une nouveauté. Il est long, très long : 9 500 mots (et il grandit au fil du temps) ! Ceux qui ont déjà reçu Richard Stallman ne le connaissent que trop bien. Cette dépêche ne se veut être ni à charge, ni à décharge. À force de voyager dans de multiples contrées aux cultures bien éloignées de la sienne (Boston), on peut comprendre qu'il détaille, quitte à être caricatural.

Neanmoins, il est difficile de rester neutre lorsque l'on voit que le personnage peut se révéler être un peu rustre, peu adaptable et peu empathique. Il n'est pas dénué d'une bonne dose d'autocritique non plus car il n'hésite pas à lier les sites parodiques sur lui (dont un basé sur ce fameux guide pour les conférences, The Stallman Dialogues) depuis sa page web.

Bref, loin de vous faire une liste exhaustive, nous mettrons en exergue certains points moins connus parmi les plus surprenants dans la suite de cette dépêche afin de mieux appréhender ce personnage complexe et hors du commun. Nous vous invitons à lire le document en entier si vous avez du courage (on le répète, il est long) et à garder votre calme et sérénité dans les commentaires, surtout un vendredi ! N'oubliez pas que RMS est à l'origine du mouvement du libre et se bat tous les jours pour lui.

Communauté Odoo : L'abbaye du Barroux développe les modules de gestion des dons

55
5
avr.
2015
Communauté

L'abbaye du Barroux, une abbaye bénédictine composée d’une cinquantaine de moines et située près du Mont Ventoux, a déployé Odoo version 8 en production le 1er Janvier 2015. Odoo version 8 est maintenant utilisé au quotidien par les moines dans de nombreux domaines de leur activité : la gestion du point de vente, la gestion de la vente par correspondance et de la boutique en ligne, la gestion de l'hôtellerie, la gestion des dons, la gestion des messes et la comptabilité.

Pour ce projet, plusieurs modules Odoo ont été développés pour la gestion des dons. Ces modules supportent :

  • la gestion des dons simples par chèque, carte de crédit, paiement en ligne et virement ;
  • la gestion des dons récurrents par prélèvement SEPA et par virement automatique ;
  • l'émission des reçus fiscaux (ponctuels ou annuels);
  • l'aide à l'édition des lettres de remerciements envoyées aux bienfaiteurs ;
  • l'enregistrement de dons en nature !

Décès de John Hunter, créateur de matplotlib

51
31
août
2012
Communauté

C'est mardi 28 Août, que John Hunter, créateur de matplotlib, est décédé des suites d'un cancer dans l'unité des soins intensifs du Centre Hospitalier Universitaire de Chicago.

Je ne vais pas ajouter beaucoup à ce qui a été déclaré par Fernando Pérez, l'un de ses plus proches amis sur la liste de diffusion, et me contenterai de traduire ce qui a été déjà écrit. J'ai pu brièvement rencontrer John lors de SciPy Texas en juillet dernier, et il faisait partie des personnes que j'avais le plus appréciées et qu'il me tardait de revoir par la suite. Excusez-moi par avances des anglicismes et autres erreurs qui se glisseront dans ce texte. Merci à tous ceux qui ont aidé lors de la rédaction/traduction.

Modification du code des marchés publics italien imposant l’usage du logiciel libre

Posté par (page perso) . Édité par Davy Defaud et Florent Zara. Modéré par j. Licence CC by-sa
49
7
sept.
2012
Communauté

Le parlement italien a voté le 7 août 2012 une modification du code des marchés publics stipulant que :

L’acquisition de logiciel propriétaire n’est autorisée que dans le cas où une analyse comparative, technique et économique, aura démontré l’impossibilité d’adopter des solutions open source ou toute autre solution déjà développée (à un coût inférieur) au sein de l’administration publique.

Cette modification ne peut qu’encourager fortement l’utilisation des logiciels libres dans l’administration publique italienne, et devrait servir d’exemple au nouveau gouvernement français pour prendre une initiative similaire, 13 ans après la proposition de loi du sénateur Laffitte qui proposait, de manière encore plus radicale, l’interdiction du logiciel propriétaire à partir de 2002 dans l’administration française, et qui avait suscité 337 (!) commentaires sur LinuxFr.org.

Le hackerspace Osilab victime d’un vol et d’un incendie criminel

Posté par (page perso) . Édité par Davy Defaud. Modéré par Davy Defaud. Licence CC by-sa
Tags : aucun
49
20
oct.
2012
Communauté

OsiLab est une association, très proche du groupe d’utilisateurs de logiciels libres Chtinux, qui gérait un hackerspace dans le quartier de Bois‐Blancs à Lille (59).

Durant la nuit du 18 au 19 octobre, ce lieu a été l’objet d’un vol et d’un incendie criminel (plusieurs points de départ, produit inflammable, etc.). Une enquête de police est ouverte.
Toute l’infrastructure informatique est hors service (routeurs, commutateurs, serveurs, machines virtuelles, services…). Un an et demi de travaux dans le lieu sont perdus.

Cette violence ciblée appelle plusieurs réactions :

  • soutien à ceux qui font vivre cette association dans ce moment difficile (écrivez à info CHEZ chtinux.org qui transmettra, en raison de la destruction du matériel informatique…) ;
  • aide à l’association, aussi bien en termes de bras qu’en dons de matériel (informatique notamment).

L’équipe du site LinuxFr.org tient à apporter son soutien aux militants lillois du logiciel libre et du hacking (à Charles V. en particulier) dans cette période difficile qu’ils traversent.

Le rachat de Sun par Oracle : 18 mois plus tard la méfiance s'installe

Posté par (page perso) . Modéré par patrick_g.
Tags : aucun
47
30
oct.
2010
Communauté
Au moment du rachat de Sun par Oracle, au début de l'année 2009, les partisans du logiciel libre avaient exprimé diverses inquiétudes. Avec des projets aussi connus que Java, OpenOffice.org, Lustre, MySQL ou encore OpenSolaris il est clair que la firme Sun était un élément important de l'écosystème du libre. Est-ce qu'Oracle allait continuer à financer les projets libres de Sun ? Est-ce que l'ouverture envers la communauté allait s'améliorer ou se détériorer ?

Dix-huit mois plus tard nous pouvons faire un premier point sur ces questions... et le bilan est inquiétant !

Le Bépo en console inclus de base sous GNU/Linux

47
8
nov.
2013
Communauté

La disposition de clavier Bépo est une disposition de clavier libre (CC-BY-SA et GFDL) optimisée pour le français (inspirée du Dvorak). Elle dispose de tous les symboles nécessaires à toi qui as le petit doigt typographique sur la couture (insécable fine) du pantalon [1]. De plus, les symboles ont été placés de façon logique pour faciliter la frappe et la mémorisation.

Le Bépo permet aussi de taper plus efficacement dans les autres langues latines du fait de leur similitudes (au niveau des fréquences de caractères et de digrammes). Enfin, le Bépo possède de nombreux caractères et touches mortes, qui permettent d’écrire dans toutes les langues européennes, l’Espéranto et plus.

Le logo du Bépo

Bref, cela faisait un bon moment que le Bépo avait atteint la perfection sa version finale (en tout cas pour le moment :p), et cela fait un moment qu’il a été intégré à X.org (par le biais du projet xkeyboard-config), si bien que même de vieilles RHEL possèdent la disposition.

Il était déjà possible d’avoir le Bépo en console dans Debian et Ubuntu (grâce à console-setup, logiciel permettant d’utiliser les dispositions de clavier de X.org). Il était aussi possible d’installer des paquets spécifiques sous Arch Linux et Gentoo. Pour les autres, installation manuelle obligatoire.

Dans tous les cas, si vous n’utilisiez pas Debian ou Ubuntu, vous étiez bon pour l’azerty avant d’installer le Bépo. Et croyez-moi, si un apprentissage du Bépo à l’aveugle permet de taper sur n’importe quel clavier, trouver les touches azerty sur un clavier marqué Bépo, c’est, comment dire

Bref, personne n’avait entrepris de contacter les développeurs du projet kbd (logiciel qui s’occupe de la gestion du clavier en l’absence de session graphique sous GNU/Linux).

Défi accepté.

«Challenge accepted»

[1] NdA : cette blague est une honteuse manœuvre de censure des contributeurs pour remplacer mon appel au typo-nazisme. En plus elle n’est pas drôle.

Michel Rocard : un ami des logiciels libres nous a quittés

Posté par . Édité par Benoît Sibaud et Pierre Jarillon. Modéré par ZeroHeure. Licence CC by-sa
46
4
juil.
2016
Communauté

Michel Rocard vient de nous quitter. Son implication décisive lors de débats sur la directive européenne a permis le rejet des brevets logiciels.

Ce petit extrait d'une émission d'Arte montre un discours bref mais extrêmement puissant de Michel Rocard. Il résume parfaitement la situation.

Pour comprendre l'implication de Michel Rocard, il faut remonter aux RMLL de 2002 à Bordeaux où le problème de la brevetabilité des logiciels avait été évoqué.

Gilles Savary alors député européen, avait suggéré d'envoyer quelqu'un à Strasbourg pour rencontrer Michel Rocard. L'ABUL avait payé le voyage aller à François Pellegrini et l'université son retour… François a raconté n'avoir encore jamais rencontré quelqu'un qui comprenne aussi vite. Michel Rocard, qui n'avait aucune connaissance en informatique, a immédiatement saisi les enjeux et a lui dit : il ne faut pas lutter contre mais inverser le sens de chaque article.

La lutte a été longue mais aux RMLL de 2006 où Michel Rocard était présent, on annonçait la fin des velléités de brevetabilité des logiciels. Sans son implication, l'issue n'aurait sans doute pas été la même.

On peut aussi mentionner sa présence aux Linux Days en 2009 ou sa préface d'un ouvrage de F. Pellegrini et S. Canevet sur le droit des logiciels.

Quelques réactions concernant ses engagements contre la brevetabilité du logiciel et pour les logiciels libres :

« Guerre et paix » : Tolstoï au 21e siècle, par Cory Doctorow au 28C3

45
4
jan.
2012
Communauté

Je vous avais récemment parlé du programme du CCC, 28C3 de son doux surnom en 2011. Ça avait l'air super. C'était avant d'y aller. À posteriori, c'était génial.

Étant donné que ce ne serait pas très très sympa de vous avoir mis l'eau à la bouche avec le programme pour vous laisser en plan par la suite en ne donnant plus de nouvelles sur le sujet, voilà un gentil début. Avec... Cory Doctorow. Euh oui, précision : les autres trucs sur lesquels j'ai envie d'écrire sont d'une façon ou d'une autre très liés alors que celui-ci est, on va dire, un peu en dehors. C'est relatif, comme beaucoup de considérations, mais peu importe au final, je dirais :) Enfin, c'est beaucoup plus court à écrire, pour le dire franchement.

Lolix, ou la communauté invisible

Posté par (page perso) . Modéré par ZeroHeure. Licence CC by-sa
45
31
jan.
2014
Communauté

Lolix est LE site francophone d’offres d’emploi tournant autour du Logiciel Libre. Un site incontournable, au style un peu vieillot certes, mais qui a contenté beaucoup de geeks, de nerds, de barbus, reconnaissants de trouver des entreprises où le libre n’est pas qu’un terme marketing.
Tout récemment, le 5 décembre, Lolix est tombé, après 15 ans de bons et loyaux services. Thom a alors averti LinuxFr dans un journal sobrement intitulé « Lolix » et qui, s’il n’a pas suscité de montagnes de commentaires, a toutefois affolé un peu les moules sur leur bouchot.
À la suite de cela, Rodolphe Quiédeville, l’auteur/mainteneur/modérateur de Lolix a reçu de nombreuses de marques de soutien l’encourageant à continuer avec une campagne de financement participatif. Voyons un peu ce qu’il a à nous raconter de cette histoire…

Cette interview menée par moi-même est tout récemment parue sur le Framablog. Comme cette affaire a eu un fort retentissement au sein de notre petite communauté et que la licence CC-BY-SA du Framablog me le permet, je la reposte ici (c'était soit le cross-post, soit un journal bookmark :D).

Logo de Lolix

Pourquoi les zélateurs et détracteurs de systemd ne s'entendront jamais

Posté par . Édité par ZeroHeure, Davy Defaud et Benoît Sibaud. Modéré par ZeroHeure. Licence CC by-sa
Tags :
45
30
nov.
2014
Communauté

Ce qui suit est la traduction d'un texte écrit par l'auteur de uselessd que j'ai trouvé particulièrement intéressant en ce qu'il ne cherche pas tant à déterminer qui des zélateurs ou des détracteurs de systemd a raison qu'à exposer pourquoi une telle question ne sera jamais tranchée.

Résumé pour le lecteur pressé ou saturé :

Nous assistons-là à une guerre culturelle, dans laquelle certains soutiennent que les baguettes c'est beaucoup mieux tandis que d'autres ne jurent que par couteaux et fourchettes, mais où personne ne parle en fait de la même cuisine. À la fin, ce sont ceux qui contrôlent la cantine qui vont gagner.

Qt change de main

Posté par (page perso) . Édité par Florent Zara, Lucas Bonnet, Pierre Jarillon et reno. Modéré par Lucas Bonnet. Licence CC by-sa
Tags : aucun
44
11
août
2012
Communauté

La rumeur est confirmée, Nokia, en mauvaise posture, se débarrasse d'un paquet d'éléments pour faire rentrer de l'argent. Parmi ceux-ci, 500 brevets et surtout Qt. Elle cède l'ensemble des activités lié à ce dernier à la société Digia, elle aussi finlandaise. Déjà détentrice d'une licence commerciale de Qt et relativement active sur ce framework, Digia, en récupérant l'ensemble des 125 employés de Nokia travaillant sur Qt, aura désormais les coudées franches pour donner l'impulsion qu'elle souhaite à cette technologie. Sont annoncés : Qt en version 5 (qu'on attend donc sous peu !), davantage de R&D, multiplate-forme à tout va (Android, Windows 8, iOS, l'embarqué, etc.), licences OSS et propriétaires disponibles.

Le montant de la transaction est de 4 millions de dollars. Qt va désormais vivre sa vie en dehors du géant finlandais en nette perte de vitesse. Ce sera peut-être mieux après tout, puisque l'avenir de Qt ne sera pas soumis à la stratégie des géants (Microsoft, Nokia, autres). On peut raisonnablement penser que le petit Digia veut grandir avec Qt et fera tout pour.

L'Insee et la Drees ouvrent le code source du modèle Ines

Posté par . Édité par Benoît Sibaud. Modéré par Florent Zara. Licence CC by-sa
43
15
juin
2016
Communauté

Quelques semaines après l'ouverture du code source du calculateur des impôts, l'administration française poursuit son effort d'ouverture avec le modèle Ines de l'Insee et la Drees, libéré mardi 14 juin 2016 sous licence CeCILL v2.1. Ce modèle, ou simulateur, est utilisé pour produire des analyses statistiques sur la structure des prélèvements et prestations sociales sur le niveau de vie des ménages.

La seconde partie de la dépêche détaille l'intérêt d'Ines et les possibilités qui sont désormais ouvertes et celles qui ne le sont pas.

Collaboration entre Spot Image et OpenStreetMap

Posté par (page perso) . Modéré par patrick_g.
42
13
oct.
2010
Communauté
Le 4 octobre 2010, par la voix de Jean-François Faudi (web & e-business director), Spot Image a annoncé la mise à disposition de la communauté OpenStreetMap du fonds cartographique SpotMaps. Ainsi, les contributeurs qui œuvrent sur la France métropolitaine peuvent désormais se servir de ce fonds comme calque d'appui pour produire des données libres à destination d'OpenStreetMap.

Le fonds cartographique SpotMaps est constitué d'images issues du satellite Spot 5 et se caractérise notamment par une excellente précision planimétrique. Si sa résolution (2,5 mètres) le rend d'un intérêt mineur en ville, où les contributeurs ont déjà accès, en France, aux données cadastrales vectorisées et géolocalisées, SpotMaps s'avère précieux dans les zones rurales et/ou accidentées.

Notez qu'il ne s'agit nullement d'une libération de données - Spot Image ne diffuse pas SpotMaps sous licence libre - mais bien d'une autorisation d'utilisation dont le périmètre et les conditions sont strictement définis. De fait, l'accès est pour l'instant limité dans le temps (6 mois) et l'espace (France métropolitaine), mais il pourra être prolongé et étendu à l'issue de cette expérience. Il n'en reste pas moins que l'initiative de Spot Image mérite d'être saluée et que nous pouvons remercier Jean-François Faudi, d'autant plus que cette collaboration a nécessité la mise en œuvre par Spot Image de moyens dédiés et qu'elle ne se fait donc pas à coût nul.

L'ESA lance son Summer of Code

Posté par . Modéré par tuiu pol. Licence CC by-sa
42
6
juil.
2011
Communauté

L'agence spatiale européenne (ESA) lance un projet inspiré du Google Summer of Code : le SOCIS (Summer of Code in Space).

Destiné aux étudiants inscrits dans une institution européenne, ce projet vise à associer un étudiant à un projet libre et un mentor, tout comme le GSoC. Les projets doivent être en lien avec le domaine spatial. On retrouvera donc par exemple RTEMS, un système d'exploitation temps réel, parmi les projets candidats.

Ce SOCIS étant le premier du genre, les délais sont assez courts pour les inscriptions. Ainsi, les projets doivent déposer leur candidature avant le 15 juillet et les candidatures acceptées seront annoncées le 18 juillet. Les étudiants pourront ensuite postuler. La période de développement sera entre août et octobre.

Une liste de diffusion a également été mise en place pour les éventuelles questions et annonces liées à l'événement.

Le code produit devra être publié sous une licence libre. Ce projet s'inscrit dans la volonté de l'ESA de pousser à l'utilisation des logiciels libres dans le spatial.

Eugeni Dodonov nous a quitté

Posté par (page perso) . Édité par tuiu pol et Nÿco. Modéré par tuiu pol.
42
14
août
2012
Communauté

Eugeni Dodonov était l'un des plus brillants développeurs de Mandriva, nous lui devons en particulier la refonte de MSEC, l'excellent système centralisé de gestion et d'audit de sécurité que l'on retrouve dans Mageia.

Depuis 2011, il travaillait dans l'équipe graphique de Intel.

Né à Moscou le 02 avril 1981, vivant près de São Paulo, il aimait le sport et la musique. Un véhicule l'a heurté alors qu'il roulait à vélo…