Zezinho nous a quitté

155
14
sept.
2020
Communauté

C’est une bien triste nouvelle, Zezinho, c’est‑à‑dire José Jorge, a été tué ainsi que son fils âgé de seize ans pendant une sortie à vélo lors d’un tragique accident de la route ce vendredi 11 septembre 2020. José avait trois enfants.

Paix à leurs âmes, toutes nos pensées vont à sa famille et ses proches.

José Jorge était ici principalement connu pour ses activités libristes. José était un important acteur dans le monde des logiciels libres (il était aussi actif en tant que syndicaliste et conseiller municipal par exemple) :

Il pratiquait quatre langues : français, portugais, anglais et espagnol.

Une photo de lui

Une victoire de l’éthique dans une guerre économique

Posté par  . Édité par Davy Defaud, palm123, ZeroHeure, Ysabeau et Julien Jorge. Modéré par Davy Defaud. Licence CC By‑SA.
114
19
nov.
2019
Communauté

Blackbird est une entreprise américaine qui fait partie de la catégorie « chasseur de brevets » (patent troll, en anglais), et pas n’importe laquelle, puisqu’elle est l’une des plus actives dans le domaine.

Les chasseurs de brevets achètent des brevets pour ouvrir des procès aux entreprises les enfreignant, le but est purement lucratif. La justice américaine étant ce qu’elle est, il est préférable pour une entreprise même innocente, d’éviter de payer les frais d’avocat et trouver un accord à l’amiable avec le chasseur de brevets, c’est moins onéreux et plus rapide.

Blackbird a voulu jouer le même jeu que d’habitude avec Cloudflare, en ouvrant sa cent‑huitième action en justice, à propos du brevet « Providing an Internet third party data channel », qu’ils ont précédemment acquis pour 1 US$.

Malheureusement pour Blackbird, Cloudflare a décidé de se défendre de manière exemplaire.

À la mémoire de Yann, notre camarade libriste

96
21
mar.
2021
Communauté

Le monde du libre est en deuil depuis que nous avons appris ce mardi 16 mars 2021 la disparition de Yann Le Pollotec rattrapé à 59 ans par l’épidémie du Covid. Après avoir eu de nombreuses responsabilités au sein du Parti Communiste Français, notamment dans son département de Seine-Saint-Denis, il était depuis l’année 2000 membre de la direction nationale du PCF. Il était connu dans les communautés libristes et fablabs, notamment pour l'espace numérique de la Fête de l'Humanité et pour ses prises de position (« Il a aussi beaucoup fait pour la prise en compte des questions numériques, du logiciel libre, de l'Internet citoyen, etc. » pour citer une des réactions).

Yann Le Pollotec

Comment j’en suis venu à découvrir Linux, par Ian Murdock

92
11
jan.
2016
Communauté

Ian Murdock est l’initiateur de la distribution Debian GNU/Linux. C’est à ce titre qu’il est mondialement connu. Il nous a malheureusement quitté le 28 décembre 2015.

Au mois d’août 2015, il a raconté comment il avait découvert les logiciels libres. Cet article, publié le 17 août sur son blog, sonne comme le début d’un testament qu’il aurait voulu rédiger.

Ce témoignage, comme celui de Linus Torvalds, montre comment, il y a plus de 20 ans, on découvrait les logiciels libres. À cette époque, Internet naissait et allait changer le monde…

Découvrez la traduction du blog de Ian dans la seconde partie de l’article (version originale publiée sous CC by 4.0).

In memoriam : Ian Murdock (1973-2015)

Posté par  (site Web personnel) . Édité par Benoît Sibaud. Modéré par patrick_g. Licence CC By‑SA.
91
31
déc.
2015
Communauté

C'est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Ian Murdock, âgé de seulement 42 ans.

Pilier du logiciel libre, Ian avait lancé la distribution Debian GNU/Linux en 1993, puis Progeny en 2001. Par la suite il travailla pour Sun jusqu'à la fusion avec Oracle et s'activait depuis quelques temps pour Docker.

Après avoir tenu des propos désespérés et peu compréhensibles sur Twitter, il a annoncé son intention de mettre fin à ses jours. Il est décédé le 28 décembre de cette terrible année 2015.

Ceci est un lancement de chatons

89
12
oct.
2016
Communauté

Logo des chatons - CC by-sa - @GDjeante

Framasoft avait annoncé en février 2016 sur le Framablog travailler depuis quelques mois à faire émerger le collectif des hébergeurs alternatifs, transparents, ouverts, neutres et solidaires… bref : les Chatons.

Le succès de la campagne Dégooglisons Internet a démontré, à l’ère post‐Snowden, un intérêt réel du public pour des services Web respectueux des données et basés sur du logiciel libre. Le problème, c’est que si les « Frama‐bidules » deviennent la réponse par défaut à cette demande, Framasoft risquait de créer ce qu’elle combattait : une centralisation des utilisateurs créant une concentration des données aussi dangereuse que douteuse.

Or, Framasoft est loin d’être la première à proposer de telles solutions, et de nombreuses associations, SCOP, initiatives, etc., sont prêtes à rejoindre un mouvement de décentralisation pour créer des services mutualisés dans un Internet de la proximité et de la confiance. De là, il n’y avait qu’un pas à faire pour créer un collectif des hébergeurs proposant de remettre des valeurs et de l’humain dans les courriels, fichiers, partages et collaborations de leurs utilisateurs.

Circulaire du Premier ministre sur l’usage des logiciels libres dans l’Administration

Posté par  (site Web personnel) . Édité par Davy Defaud, NeoX et Nils Ratusznik. Modéré par Pierre Jarillon. Licence CC By‑SA.
85
22
sept.
2012
Communauté

Le Premier ministre Jean‐Marc Ayrault vient de diffuser à l’ensemble des ministères une circulaire concernant l’« Usage du logiciel libre dans l’administration ».

Cette circulaire constitue une avancée majeure pour le logiciel libre dans les systèmes d’information de l’État. Elle recense les succès passés et les cas d’utilisation les plus appropriés, permettant ainsi de dégager les axes d’une véritable politique en matière de logiciel libre et open source. Le groupe de travail de la DISIC, qui a rédigé la circulaire, met tout particulièrement l’accent sur les bénéfices économiques du logiciel libre pour ceux qui le déploient, mais il n’oublie pas de souligner l’importance des contributions, et fixe des objectifs précis en la matière : de 5 à 10 % du montant des économies réalisées doivent être réinvestis sous la forme de contributions.

Dans un courrier accompagnant cette circulaire, Jean‐Marc Ayrault souligne les avantages du logiciel libre : « moindre coût, souplesse d’utilisation, levier de discussion avec les éditeurs ».

Suivez le lien « lire la suite », pour quelques analyses et commentaires rédigés par le CNLL.

Un an après, faisons le point sur wallabag.it

82
1
déc.
2017
Communauté

Voici donc les derniers épisodes concernant wallabag sur les douze derniers mois.
Wallabag est une alternative libre à Pocket : vous sauvegardez en un clic des articles Web dans votre compte et vous les lisez plus tard en mode déconnecté sur votre mobile ou votre tablette, le tout dans un mode épuré pour vous concentrer uniquement sur le contenu de l’article.

Aujourd’hui, il est donc temps de faire un petit point sur wallabag.it, le service qui vous permet d’utiliser wallabag sans avoir à gérer un hébergement Web.

Entretien avec Michael Natterer, mainteneur de GIMP

Posté par  . Édité par Davy Defaud, BAud, Jehan, ZeroHeure, palm123, Dareg, Benoît Sibaud et David Tschumperlé. Modéré par Pierre Jarillon. Licence CC By‑SA.
Étiquettes :
80
7
mar.
2017
Communauté

Cet article est la traduction d’un premier entretien avec les mainteneurs, développeurs et utilisateurs de GIMP, entretien initié et réalisé par Jehan et paru sur GIMP.org le 1ᵉʳ mars 2017 sous licence CC-by-SA.

D’autres devraient suivre que nous nous ferons un plaisir de vous signaler et pourquoi pas de traduire !

GitLab libère les GitLab Pages

Posté par  (site Web personnel) . Édité par Davy Defaud et palm123. Modéré par Pierre Jarillon. Licence CC By‑SA.
Étiquettes :
78
26
déc.
2016
Communauté

GitLab, une des alternatives à GitHub, a fait un superbe cadeau de Noël à sa communauté : l’intégration des GitLab Pages à la version communautaire de GitLab !

Le ticket où a eu lieu la discussion amenant à cette décision a été ouvert il y a neuf mois et, alors que la discussion s’était éteinte il y a près de deux mois sur un refus (argumenté et compréhensible) de la part de GitLab, celle‐ci a repris il y a deux semaines pour aboutir à un dénouement inattendu : l’intégration des GitLab Pages à la version communautaire.

Le parlement français adopte une disposition législative donnant la priorité au logiciel libre

Posté par  . Édité par Benoît Sibaud, Xavier Teyssier, Nils Ratusznik et Xavier Claude. Modéré par Xavier Claude. Licence CC By‑SA.
Étiquettes :
75
10
juil.
2013
Communauté

Après d'intenses débats, le parlement français vient d'inscrire pour la première fois dans la loi la priorité au logiciel libre pour un service public, avec l'adoption du projet de loi enseignement supérieur et recherche.

Cette disposition avait été introduite par le Sénat, puis confirmée fin juin 2013 par la commission mixte paritaire (CMP) qui s'était réunie pour réexaminer les dispositions votées non conformes dans les deux chambres (Assemblée nationale et Sénat). De nombreuses personnes s'étaient mobilisées suite à l'appel de l'April pour contacter les députés et sénateurs membres de cette CMP pour que la disposition en faveur du logiciel libre soit conservée.

L'Afdel et le Syntec numérique ont tenté de s'opposer à cette disposition notamment en arguant de prétendues « difficultés juridiques ». L'Inria a rejoint récemment le lobby contre la disposition en faveur du logiciel libre, générant plusieurs réactions dont l'Aful, François Pellegrini et des personnels de l'Inria. En contact avec les parlementaires et le gouvernement, l'April leur a communiqué une analyse sur la validité juridique d'une disposition législative donnant la priorité au logiciel libre.

Après le Sénat le 3 juillet 2013, l'Assemblée nationale a finalement adopté le 9 juillet 2013 le projet de loi relatif à l'enseignement supérieur et à la recherche. Le texte n'attend plus désormais que sa promulgation par le Président de la République.

L'article 9 du projet de loi précise que :

    II. – Au même code de l’éducation, il est rétabli un article L. 123-4-1 ainsi rédigé :

    « Art. L. 123-4-1. – Le service public de l'enseignement supérieur met à disposition de ses usagers des services et des ressources pédagogiques numériques.

    « Les logiciels libres sont utilisés en priorité. »

Un logiciel libre de gestion des cultures OpenJardin

Posté par  (site Web personnel) . Édité par Nÿco, Davy Defaud, Benoît Sibaud et palm123. Modéré par Pierre Jarillon. Licence CC By‑SA.
74
30
jan.
2018
Communauté

OpenJardin est un logiciel pour GNU/Linux orienté permaculture. Nous avons réalisé un logiciel de gestion graphique et interactif des parcelles avec des fiches de cultures par parcelle, une planification annuelle et une planification des rotations de cultures.

L’ensemble est géré par une base de données SQLite qui inclut la majorité des espèces potagères et conservera l’historique des cultures. Les variétés potagères seront ajoutées avec la possibilité d’y indiquer les dates de semis et récoltes, les plantes compagnes et les rotations.

Le plan du jardin est facilement modifiable avec intégration d'un fond de plan aux formats JPEG/PNG/BMP, etc. Le logiciel est libre et sous licence GNU GPL v3.0 , il est téléchargeable en paquet Debian .deb pour GNU/Linux 64 bits. On y trouve également une notice d’utilisation à la page téléchargement ainsi que les sources en C++/Qt 5.5, pour ceux qui veulent les modifier. Les retours sont les bienvenus pour l’améliorer ou y apporter des ajouts.

Décès de Laurent Seguin

72
3
nov.
2020
Communauté

Laurent Seguin est décédé à l’age de 44 ans. Il était vice‐président de l’Association Francophone des Utilisateurs de Logiciels Libres (AFUL) ; il en a été administrateur depuis 2007, puis président de 2011 à 2018, après Thierry Stoehr et avant feu Patrick Sinz à qui Véronique Fritière a succédé.

Photo sur le site de l’Aful

Il était le représentant de l’AFUL au sein de l’ADULLACT (Association des Développeurs et Utilisateurs de Logiciels Libres pour les Administrations et les Collectivités Territoriales).

Il travaillait chez Entr’ouvert, une SCOP et une entreprise en logiciel libre égalitaire. Il était aussi responsable du groupe thématique logiciel libre (devenu Hub Open Source) du pôle de compétitivité Systematic.

Il était aussi un ancien de la marine nationale française. Et compositeur électro de talent (licence libre Creative Commons By) signale A. Kauffmann.

Condoléances à sa famille et ses proches.

Réactions : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, etc.

Extraits des réactions : « Il aura beaucoup fait pour le libre francophone », « grand contributeur au logiciel libre en France, personnalité réfléchie et généreuse restée fidèle à ses valeurs », « libriste et très impliqué au niveau des entreprises », « homme engagé #LogicielLibre, savait exposer ses idées, agissait avec efficacité et l’impertinence qu’il fallait », « homme attachant, curieux et penseur subtil », « entrepreneur et promoteur infatigable du logiciel libre », « figure incontournable du Libre, personne aux multiples talents », « figure énergique du logiciel libre en France », etc.

Brackets : l'éditeur du web, par le web, pour le web

Posté par  . Édité par jean-michel.bertrou.eu, Nÿco, Yves Bourguignon, Xavier Teyssier, Benoît Sibaud, DontShootMe, _jordan_ et olivierweb. Modéré par patrick_g. Licence CC By‑SA.
Étiquettes :
69
3
fév.
2014
Communauté

Brackets est un éditeur de code dédié aux technologies web (HTML / CSS / JavaScript). Initialement développé par la société Adobe Systems, ce logiciel est publié sous licence MIT. Le choix d'une licence libre représente une stratégie singulière pour l'entreprise Adobe, qui habituellement préfère les solutions propriétaires.

Brackets : Coder le web

Brackets se distingue aussi par son interface utilisateur WYSIWYM. Contrairement à Dreamweaver - l'actuel éditeur web phare d'Adobe, qui repose sur le paradigme WYSIWYG -, Brackets est avant tout un éditeur de texte : l'utilisateur modifie directement le code source.

Enfin, le logiciel et ses extensions sont développés en HTML, CSS et JavaScript. Brackets a ainsi pu être qualifié d'éditeur qui pouvait s'éditer lui-même.

Pourquoi le choix de l'open source ? Pourquoi le choix du WYSIWYM ? Nous verrons plus loin que ces deux questions sont liées. Mais d'abord, voyons les fonctionnalités…

Le développeur libriste Bassel Khartabil exécuté dans une prison syrienne fin 2015

Posté par  (site Web personnel) . Édité par Davy Defaud. Modéré par ymz. Licence CC By‑SA.
Étiquettes :
66
4
août
2017
Communauté

Bassel Khartabil Safadi était un informaticien libriste, emprisonné depuis 2012 par la sécurité syrienne en répression de ses activités en ligne. Une dépêche précédente avait fait état de son arrestation, sa torture, sa condamnation secrète à mort, son transfert vers un lieu inconnu et les craintes pour sa vie. Sa femme a annoncé son décès le 1er août 2017 (elle était sans nouvelles depuis deux ans, il a été exécuté en novembre 2015 et le gouvernement syrien vient juste d’indiquer son décès).

Disparition de Philippe Aigrain

Posté par  (site Web personnel) . Édité par Ysabeau. Modéré par Xavier Claude. Licence CC By‑SA.
65
13
juil.
2021
Communauté

Philippe Aigrain était multiple : docteur en informatique, ancien chef du secteur technique du logiciel à la Commission européenne, contributeur dans des revues, auteur de livres, entrepreneur avec Sopinspace dans le développement de logiciels libres et de services basés sur ces derniers ; il a lutté contre les brevets logiciels et contre DADVSI, a été administrateur du Software Freedom Law Center, a cofondé La Quadrature du Net, ainsi que le webmedia Nonfiction et il a présidé la maison d’édition Publie.net. Il a été tout ça et bien plus.

Il était un militant en faveur des communs, défenseur du logiciel libre, luttant contre les abus de la propriété intellectuelle et l’appropriation de l’information par quelques-uns. Les dizaines d’articles étiquetés philippe_aigrain ici sur LinuxFr.org illustrent son implication et son importance dans les communautés et dans les débats sur ces thématiques.

Quelle chance de l’avoir connu, et quelle profonde tristesse suite à cette nouvelle.

Photo prise lors de la Journée du domaine public 2012 à Paris, par Marie-Lan Nguyen - CC By 2.5 (Photo prise lors de la Journée du domaine public 2012 à Paris, par Marie-Lan Nguyen - CC By 2.5)

Nos pensées vont à sa famille et ses proches.

Crowdfunding de Lolix V2

Posté par  (site Web personnel) . Édité par Nils Ratusznik, Nÿco, Benoît Sibaud, Bruno Michel et palm123. Modéré par Nÿco. Licence CC By‑SA.
Étiquettes :
64
11
déc.
2013
Communauté

L'information est déjà sortie d'Internet et cette dépêche va prendre une tournure un peu différente de celle initialement prévue. J'ai lancé hier une campagne de financement participatif pour ré-écrire Lolix (site d'offres d'emplois autour du logiciel libre). Comme je l'ai décrit dans le billet Lolix de 1998 à 2013, le code a beaucoup vieilli en 15 ans et il est temps de repartir sur une base saine.

J'ai lancé la campagne sur 42 jours afin de laisser passer les fêtes et que tout le monde puisse prendre le temps d'en avoir connaissance, mais le message est passé beaucoup plus vite que prévu (en partie grâce aux journaux de Thom et Sky) et la campagne est en passe d'atteindre son objectif en moins de 24h. C'est tout bonnement époustouflant, à l'heure de cette dépêche on en est déjà à 74%, alors d'ici 16h30 ce mercredi 11 il est fort possible que les 100% soit atteints ce qui va pourrait établir un record. Première conséquence de ce succès, j'avais prévu avant le lancement de faire un mailing auprès de toutes les personnes qui se sont inscrites sur Lolix depuis l'origine, mais comme beaucoup ici je ne suis pas fan de recevoir des mails non sollicités : je vais donc m'abstenir de le faire.

Le but du financement, comme je l'ai expliqué, est de me permettre de disposer de temps pour faire les nouvelles bases du code de Lolix V2 qui sera développé en Django et suivi sur Github. C'est bien parti pour que la campagne réussisse mais plus elle ira loin plus je disposerai de temps pour coder, alors quand celle-ci dépassera les 100%, il ne faut pas hésiter à contribuer au-dessus de l'objectif. Une partie de ce qui sera récolté servira à rétribuer un graphiste, car il paraît que le look & feel de Lolix serait quelque peu vieillot :-)

La première leçon que je retire est que la communauté du libre est bien une force vivante et généreuse sur laquelle on peut toujours compter, merci à vous !

NdM : Malizor, Jarvis, Nÿco et Nils Ratusznik ont également travaillé sur une dépêche similaire, merci à eux.

La deuxième année de Liberapay

Posté par  (site Web personnel) . Édité par ZeroHeure, Davy Defaud, palm123 et Florent Zara. Modéré par ZeroHeure. Licence CC By‑SA.
Étiquettes :
60
5
fév.
2018
Communauté

Avant‐hier était le deuxième anniversaire du lancement de Liberapay ! Faisons un bilan de l’année passée et regardons vers l’avenir. Cette dépêche est une traduction de The second year of Liberapay.

N. D. M. : L’auteur est le fondateur de Liberapay, un service permettant de faire des dons récurrents afin d’assurer aux créateurs un revenu stable. Liberapay se démarque des autres plates‐formes en se finançant sur son propre modèle et non par prélèvements sur les transactions — et en étant libre.

Décès de Patrick Sinz

Posté par  (site Web personnel) . Édité par Davy Defaud. Modéré par ZeroHeure. Licence CC By‑SA.
Étiquettes :
60
30
mai
2019
Communauté

C’est via un tweet de Hervé Schauer, reprenant l’annonce de la famille, que nous avons appris cette triste nouvelle :

« décès de Patrick Sinz le soir du 27 mai 2019 dans un accident de la route. C’était un père, un mari, un frère, un fils, un oncle, et un ami formidable, et il restera à tout jamais dans nos cœurs. »

Photo de son compte twitter

Paix à son âme…

Les femmes dans l'informatique

59
8
mar.
2014
Communauté

Le 8 mars est la journée internationale des droits des femmes. Le rouge à lèvre cadeau-bonus du marchand de cosmétique, les cartes de crédit rosifiées du banquier (ou le fleurissement inopiné de blagues sexistes) n'ont pas vocation à faire partie des droits fondamentaux des femmes.

C'est l'occasion de faire un tour d'horizon de leur place dans le monde de l'informatique, notamment dans le logiciel libre. En effet, elles sont sous-représentées parmi les acteurs de l'informatique: étudiants, salariés, enseignants, etc. Si on écarte l'hypothèse qu'il existe une essence (masculine ou féminine) prédisposant les individus à choisir un domaine professionnel en fonction de leur sexe, on peut se demander pourquoi un tel déséquilibre existe, depuis quand, et quels sont ses effets au sein du milieu de travail et dans les relations professionnelles?

D'une blague sur LinuxFr.org à l'écriture d'un roman de SF

Posté par  (site Web personnel) . Édité par Benoît Sibaud. Modéré par ZeroHeure. Licence CC By‑SA.
59
7
sept.
2020
Communauté

Le 2 avril 2009, LinuxFr.org organisait un concours libre. L'une des possibilités de participation était l'écriture d'une nouvelle sur le libre, sous une licence libre.

Je trouvais l'idée amusante et, en une soirée, je rédigeais « Les non-humains », un texte rempli de références Linuxfériennes aux bivalves lamellibranches (sous licence Creative Commons 2.0 By BE).

Ce fut mon dernier texte tapé en Azerty et le début d'un engrenage qui allait mener, 11 années plus tard, à cette dépêche.

Affiche « Les logiciels imposés et inutiles, ça se paye ! »

Posté par  . Édité par Nÿco. Modéré par j. Licence CC By‑SA.
58
17
fév.
2012
Communauté

Le groupe de travail sensibilisation de l'April propose une nouvelle affiche, réalisée par Antoine Bardelli, pour dénoncer la vente liée :

Affiche

Affiche « Les logiciels imposés et inutiles, ça se paye ! »

Cette affiche est déclinée en plusieurs versions pour le web et pour l'impression ainsi qu'une version noir et blanc. Elle est diffusée sous triple licence libre :

  • Licence Art Libre 1.3 ou ultérieure
  • Creative Commons Paternité, Partage à l'identique 2.0 ou ultérieure
  • GFDL 1.3 ou ultérieure.

Elle a bien sûr été réalisée avec des logiciels libres, principalement Scribus. N'hésitez pas à la faire connaître.

Solidatech : un programme qui entrave le développement du Libre en milieu associatif

Posté par  . Édité par Benoît Sibaud, Davy Defaud et Ysabeau. Modéré par Ysabeau. Licence CC By‑SA.
58
15
nov.
2020
Communauté

L’April (association pour la promotion et la défense des logiciels libres) a souhaité donner sa position vis‑à‑vis du programme Solidatech porté par les Ateliers du Bocage.

L’article montre que la gouvernance de ce programme et son lien avec Techsoup aux États‑Unis contribuent à entretenir un modèle d’informatique privatrice dans les associations en France. Selon l’April, cela entrave donc l’appropriation des logiciels libres alors que les valeurs (partage, entraide, coopération pour ne citer que celles‑là) que portent ces derniers sont souvent plus cohérentes avec ce que défend une grande partie des associations en France.

L’article est à lire dans son intégralité sur le site de l’April.

wallabag.it : 5 ans d'activité

Posté par  (site Web personnel) . Édité par Florent Zara, Pierre Jarillon et Benoît Sibaud. Modéré par Benoît Sibaud. Licence CC By‑SA.
Étiquettes :
57
9
jan.
2022
Communauté

Wallabag est une application open source (licence MIT) qui sauvegarde des articles et vous permet de les lire plus tard, sur votre smartphone, votre tablette ou votre liseuse.

Logo Wallabag

Début d’année (ne) rime (pas) avec bilan (comme pour les 4e, 3e et 1ère années). Il est donc l’heure de faire le bilan de mon activité wallabag.it, la version hébergée de Wallabag.

Liberapay, plate‐forme libre de dons récurrents

Posté par  (site Web personnel) . Édité par Davy Defaud, ymz, M5oul, Benoît Sibaud, palm123, ZeroHeure et Nils Ratusznik. Modéré par ZeroHeure. Licence CC By‑SA.
56
30
nov.
2016
Communauté

Liberapay est un service permettant de faire des dons récurrents, acceptant des dons à partir de 0,01 € par semaine, afin d’assurer aux créateurs un revenu stable, tout en offrant aux contributeurs la possibilité de payer suivant leurs moyens. Liberapay se démarque des autres plates‐formes de ce type en se finançant sur son propre modèle, et non pas par prélèvements sur les transactions.

Logo de Liberapay